Conches-en-Ouche (27) : L’école itinérante de Brahim Drift se bat pour rendre la boxe plus accessible à la campagne

Fondateur de l’école de sport Drift athletic school, Brahim Drift, a eu l’idée de ce ring démontable et itinérant.

Minuscule silhouette derrière les gros boudins gonflables qui forment un ring mobile, Irwan, 12 ans, apprend à se déplacer, à maintenir sa garde, les coudes bien fermés : « La boxe, ce n’est pas juste taper sur une personne. D’ailleurs, à la fin du match, personne ne gagne », dit-il en s’essayant à un direct gauche sur sa coach, qui l’avertit : « Tu peux donner de la force Irwan, mais tu dois toujours rester bien en place. »

Scolarisé dans un Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique (ITEP), le jeune garçon prend, avec ses camarades souffrant comme lui de troubles de l’attention, des cours de boxe gratuits et à ciel ouvert, dans le quartier des Fontenelles, à Conches-en-Ouche (Eure), grâce à l’école de sport Drift athletic school, active dans le secteur.

« Les jeunes ont besoin de se défouler et que l’on vienne à eux »

Internes, ces jeunes passent les vacances d’été dans leur établissement. « On leur propose toutes sortes d’activités disponibles sur le territoire. À eux de choisir. Le groupe que j’accompagne a sélectionné la boxe », explique leur éducatrice, Bérangère Brunet, qui ambitionne de « leur redonner confiance et l’envie de rejoindre un club de sport à la rentrée ».

Le ring mobile de la Drift athletic school et ses éducateurs diplômés sont installés dans différents villages de l’Eure tout l’été. Conches, Ferrière-Haut-Clocher, Le Fidelaire font partie des communes bénéficiant de cette initiative qui vise à faire découvrir et à pratiquer les sports de combat à la campagne, avec des séances de boxe anglaise, de boxe thaï ou de full-contact.

Fondateur de l’école, Brahim Drift, la cinquantaine, a commencé la boxe à 12 ans. En partenariat avec la mairie de Conches-en-Ouche, il a eu l’idée de ce ring démontable « car les jeunes qui restent dans le secteur sont en manque de sport, ils ont besoin de se défouler et que l’on vienne à eux, surtout après les mois qu’ils viennent de vivre ».

« Tout se passe bien quand on fait les choses de manière conviviale »

Originaire d’Évreux, Brahim Drift vit toujours dans la capitale de l’Eure mais travaille depuis plus de dix ans dans le milieu associatif à Conches, territoire plus rural, où les sports de combat vivotaient avant son implication. À la campagne aussi, la boxe devrait pourtant avoir droit de cité : « Elle aide à avoir confiance en soi. À canaliser son énergie. Quand on commence à faire de la compétition, il faut respecter l’arbitre, les juges, sous peine d’être sanctionné. »

Depuis le début de l’été, quelques jeunes conquis par l’initiative vadrouillent de village en village, suivant le ring au fur et à mesure de ses déplacements. Le boxeur et la mairie n’ont pas choisi par hasard les villages et quartiers qui accueillent leur ring itinérant : « Comme les HLM de Conches, parce que l’on dit que c’est un quartier chaud. Nous, on y est allés quatre fois et on n’a eu aucun problème. Tout se passe bien quand on fait les choses de manière conviviale. »Un combat où tout le monde est véritablement gagnant.

Le Parisien