Côte d’Ivoire : La consommation d’une soupe de serpent tourne au drame, un mort et plusieurs malades

Temps de lecture : 2 minutes

Le village de N’zuekokoré, situé dans la sous-préfecture de N’guessankro, dans le département de Bongouanou, a vécu un drame vers la fin du mois de juillet 2020. La consommation de la soupe d’un serpent pris au piège par un fils dudit village a tourné au drame, avec la mort de celui qui a tranché la tête du reptile sans oublier les nombreux malades, à la suite du festin.

Avis aux amateurs de la chair de serpent. Il va désormais falloir faire attention à toutes les viandes de serpent qu’ils consomment. Car comme on le dit prosaïquement, ce ne sont pas tous les serpents qui sont propres à la consommation. Les populations de N’zuékokoro, village situé dans la sous-préfecture de N’guessankro, dans le département de Bongouanou en savent quelque chose.

Les faits sont rapportés par la plateforme ande-paysdor.org. Selon ce site, vers la fin du mois juillet 2020, l’un des fils de N’zuekokoré avait pris au piège un serpent. Mais à en croire cette source, le propriétaire du piège avait remarqué que ce reptile était un peu différent des autres. Néanmoins, il en a informé les amateurs de la chair de serpent du village, notamment 3 jeunes qui se léchaient déjà les babines à l’idée d’en faire une soupe bien épicée.

Mais une fois sur le lieu du piège, l’aspect un peu étrange du reptile refroidit les ardeurs de l’un des 3 jeunes. Ce dernier a même conseillé aux deux autres de sauver la vie du serpent en le relâchant. Il essuie sur place un refus catégorique des deux autres. D’ailleurs séance tenante, la tête du reptile est tranchée. Ils prennent alors la direction du village pour le festin tant attendu.

Une fois la soupe servie, celui qui a fait la proposition de sauver la vie du serpent se tient à l’écart et refuse d’en consommer. Toujours à en croire notre source, il a même réussi à dissuader certains amateurs de cette chair invités au repas.

D’autres par contre n’ont pas boudé leur plaisir et se sont bien régalés. Mais le lendemain, explique l’informateur de Linfodrome, tous ceux qui ont consommé le repas sont pris de violents maux de ventre. Une diarrhée chronique collective. Pire, celui a tranché la tête du reptile en est mort.

Pour les autorités traditionnelles du village, il n’y a rien à faire. Ce serpent n’est pas simple. Autrement dit, il n’est pas comme les autres et il faut faire quelque chose pour sauver la vie de tous ceux qui en ont consommé. Rapidement, ces autorités interviennent en faisant des sacrifices pour implorer l’indulgence des forces spirituelles de la forêt. Curieusement, après leur intervention, la santé des consommateurs du serpent s’est améliorée.

L’infodrome