Covid-19 : Impensable il y a quelques mois, la vaccination obligatoire pour tous n’est plus un sujet tabou (Màj)

__________

Avant d’en arriver là, le gouvernement mise tout sur l’été pour encourager les récalcitrants mais désormais il n’est plus exclu de rendre obligatoire le vaccin anti-Covid pour tous les Français.

Impensable il y a quelques mois, la vaccination obligatoire pour tous fait aujourd’hui partie des options sur la table du président de la République. Emmanuel Macron a brisé ce tabou lundi soir lors de son allocution, mettant les non-vaccinés plus que jamais sous pression. Le chef de l’État a fait sauter une première digue avec l’annonce de la vaccination obligatoire pour « tous les professionnels au contact des personnes fragiles ». Dès le 15 septembre, ils seront contrôlés, et sanctionnés en cas de non-respect de cette règle. Une manière de préparer les esprits à généralisation de cette mesure ? Emmanuel Macron ne se l’interdit pas en cas de reprise épidémique.

Pour « les millions d’entre vous qui n’ont pour le moment reçu aucune injection, en fonction de l’évolution de la situation, nous devrons sans doute nous poser la question de la vaccination obligatoire pour tous les Français, a-t-il lâché. Mais je fais le choix de la confiance et j’appelle solennellement tous nos concitoyens non vaccinés à aller se faire vacciner dès aujourd’hui au plus vite. » « Neuf millions de doses vous attendent dès aujourd’hui qui n’ont pas encore été injectées et nos commandes continuent d’arriver », a conclu le chef de l’État.

Certaines grandes voix scientifiques soutiennent cette mesure. L’ancien ministre de la Santé Bernard Kouchner s’est prononcé en faveur d’une loi pour rendre la vaccination obligatoire, traitant au passage les réfractaires de « traîtres » et de « déserteurs » dans une interview au Journal du dimanche. Mais en s’aventurant sur cette piste, le chef de l’État prend plusieurs risques. Politique d’abord. Sans en avoir l’air, il prend le contrepied de l’avis de son propre ministre de la Santé Olivier Véran qui s’est lui clairement prononcé contre cette option.

«Le risque est grand de lever une armée de personnes très déterminées»

En décembre, Emmanuel Macron s’était lui-même engagé à ne pas rendre la vaccination obligatoire, une position répétée à plusieurs reprises. À quelques mois de l’élection présidentielle, il pourrait braquer une partie de l’électorat. « Le risque est grand de lever une armée de personnes très déterminées, potentiellement menées par des complotistes. Et ça peut être contre-productif de vouloir passer en force si vous dressez trop de gens contre vous », met en garde le député LREM et médecin Jean-Louis Touraine.

Covid-19 : le vaccin obligatoire pour tous n’est plus un tabou

L’argument est partagé par le sociologue Jocelyn Raude.

On peut imaginer que les opposants à la vaccination verraient leur visibilité s’accroître alors qu’elle est déjà importante en France. Plusieurs exemples historiques à l’étranger montrent aussi que décréter une obligation vaccinale peut générer des tensions sociales. »

Si la France décidait de prendre le chemin de la vaccination obligatoire pour tous, le risque de se voir railler sur la scène internationale ne serait pas non plus négligeable. Elle rejoindrait en effet le clan très fermé des quelques pays qui, comme le Turkménistan ou le Tadjikistan, ont la particularité d’être des régimes ultra-autoritaires.

Pour éviter d’en arriver là, le gouvernement mise tout sur les deux prochains mois, qui doivent être « un été de mobilisation pour la vaccination », a martelé Emmanuel Macron. Partout sur le territoire, l’accès aux injections sera facilité avec des opérations dans les galeries marchandes et sur les autoroutes. Des centres éphémères ont déjà ouvert place de la République, à Paris, destinés aux livreurs, à la cité U, aux étudiants et tout l’été, à l’Hôtel de Ville de Paris. Et il sera possible de recevoir le sérum directement les pieds dans le sable, à la plage. Mais l’exécutif pourrait compter sur la mobilisation des Français : près d’un million d’entre eux se sont rués dès lundi soir sur les plateformes de prise de rendez-vous, déjà saturées pour certaines.

Le Parisien

______________

Entre deux annonces, Emmanuel Macron a ouvert la porte à la vaccination obligatoire pour tous lors de son allocution diffusée lundi soir. La question de la vaccination obligatoire « devra sans doute se poser », a déclaré le chef de l’État.

La vaccination à tout prix. Emmanuel Macron a une nouvelle fois appelé les Français à se faire vacciner contre le Covid-19. Le chef de l’État en fait « l’atout maître » pour faire face à « la reprise forte de l’épidémie qui touche tous les territoires » avec le variant Delta. À neuf mois de la présidentielle, il a annoncé une série de mesures radicales et coercitives afin d’éviter une quatrième vague de malades dans les hôpitaux.

Outre l’extension du pass sanitaire, le gouvernement a pris la décision de rendre la vaccination obligatoire pour tous les personnels d’établissements de santé : les soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, Ehpad et maisons de retraite, les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile, ainsi que les pompiers ou les ambulanciers.

Et il y aura des sanctions à la clé, a fait savoir le ministre de la Santé Olivier Véran : « À partir du 15 septembre, si vous êtes soignant et que vous n’êtes pas vacciné, vous ne pourrez plus travailler et vous ne serez plus payé ».

La question de la vaccination obligatoire « devra sans doute se poser »

Plus que jamais, les non-vaccinés sont mis sous pression avec l’extension du pass sanitaire à l’entrée de la plupart des lieux publics. Dès le début août, le pass sanitaire deviendra obligatoire pour entrer dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, y compris pour le personnel, mais aussi dans les avions, trains ou autocars de longs trajets, ainsi que pour les établissements médicaux.

Alors que certains, comme le député LR Julien Aubert, dénoncent « une vaccination obligatoire qui ne dit pas son nom », Emmanuel Macron ne ferme pas la porte à la vaccination obligatoire pour tous. La question de la vaccination obligatoire « devra sans doute se poser », a déclaré le chef de l’État entre deux annonces lors de son allocution, rappelant que « nous devons aller vers la vaccination de tous les Français ».

Mais de l’incitation à l’obligation, il n’y a qu’un pas et il pourrait bien être franchi par le gouvernement. Pour « les millions d’entre vous qui n’ont pour le moment reçu aucune injection, en fonction de l’évolution de la situation, nous devrons sans doute nous poser la question de la vaccination obligatoire », a-t-il insisté.

Mais je fais le choix de la confiance et j’appelle solennellement tous nos concitoyens non vaccinés à aller se faire vacciner dès aujourd’hui au plus vite […] Neuf millions de doses vous attendent dès aujourd’hui qui n’ont pas encore été injectées et nos commandes continuent d’arriver »

Ouest-France