Covid-19 : Inquiétude des communautés religieuses, les vaccins sont-ils halal ou casher ?

Des membres de communautés religieuses s’étaient inquiétés de la composition des futurs vaccins contre le nouveau coronavirus. La question peut faire sourire, mais pourtant, c’est une question de société. Et la réponse devrait donc rassurer une partie des croyants musulmans et juifs.

La plus haute autorité islamique d’Indonésie a déclaré vendredi “halal”, ou conforme au rite musulman, le vaccin du groupe chinois Sinovac, sur lequel le pays mise pour lancer les vaccinations contre le coronavirus la semaine prochaine. Le Conseil des oulémas d’Indonésie a ainsi levé un potentiel obstacle au succès de la campagne dans le pays d’Asie du Sud-Est qui compte la plus grande population musulmane au monde.

Gélatine de porc

De nombreux vaccins comprenant de la gélatine de porc – des gélifiants utilisés dans certains vaccins sont effectivement des gélatines hydrolysées d’origine porcine, comme le confirment les Décodeurs du Monde -, des membres de la communauté musulmane s’étaient inquiétés de la composition des futurs vaccins contre le nouveau coronavirus. . Toutefois, très vite les grands laboratoires ont tenu à souligner que leurs formules en étaient exemptes. 

Ainsi, Pfizer, AstraZeneca et Moderna avaient indiqué par la voix de leurs porte-paroles à l’agence de presse AP qu’ils ne contiennent pas de produits à base de porc et sont donc “casher” et “halal”. 

En 2018, une fatwa du Conseil des oulémas d’Indonésie qui avait jugé un vaccin contre la rougeole et la rubéole impur ou “haram” et avait fortement compromis la campagne de vaccination des enfants. Pour le Covid, le président Joko Widodo devrait être le premier Indonésien à recevoir le vaccin la semaine prochaine, lançant une campagne annoncée comme gratuite pour tous. 

Et quid des autres religions?

Comme indiqué ci-dessus, plusieurs géants pharmaceutiques ont donc précisé officiellement qu’il n’y aucun ingrédient litigieux dans leur formule. Et notamment du porc. Selon nos confrères d’I24News, citant l’agence de presse Associated Press, la question s’est également posé pour les Juifs. 

Et la réponse d’un rabbin israélien a rapidement calmé les inquiétudes: “Tant que le produit non casher est injecté dans le corps et n’est pas “consommé par voie orale”, la question de la casherout (code alimentaire dans le judaïsme) ne se pose pas”. Et de conclure: “il n’y a pas d’interdiction ni de problème, surtout lorsque nous sommes inquiets face à la maladie du coronavirus”.

Par ailleurs, les autorités israéliennes poursuivent une campagne nationale de vaccination lancée le 19 décembre: deux millions de personnes auront reçu la double injection du vaccin d’ici fin janvier en Israël, affirment les autorités.

Si la consommation de porc n’est pas proscrite pour les Chrétiens, la question s’est posée dans d’autres termes: que va dire le Vatican? Dès l’annonce de la mise au point des vaccins, le pape François a salué la nouvelle. La campagne de vaccination contre le Covid-19 du Vatican doit ainsi commencer dès mi-janvier.

Si les professionnels de santé et les plus âgés sont les premiers concernés, un bref communiqué n’évoque pas le Pape François, 84 ans, et n’écrit pas quand il pourrait se faire vacciner.  

RMC