Covid : L’argent coule à flots pour les laboratoires produisant les vaccins

Pfizer prévoit d’écouler pour 33 milliards de dollars de vaccins cette année dans le monde. Le laboratoire pharmaceutique AstraZeneca a annoncé jeudi que les ventes de son vaccin contre le Covid-19 avaient atteint 1,17 milliard de dollars au cours du premier semestre, et relevé ses prévisions.

Ce chiffre correspond à la livraison d’environ 319 millions de doses dans le monde – dont 97 millions à l’Union européenne.”

Les ventes du vaccin ont représenté 572 millions de dollars en Europe, et 455 millions dans les pays émergents, selon un communiqué.

Toutefois, le laboratoire anglo-suédois vendant son sérum à prix coûtant, ces recettes ne représentent qu’une fraction des ventes de vaccins de son rival américain Pfizer en partenariat avec l’allemand BioNTech, qui prévoit d’écouler pour 33,5 milliards de dollars de vaccins contre le coronavirus cette année dans le monde.

AstraZeneca: plus de 1 milliard de dollars avec le vaccin anti-Covid au 1er semestre

Les ventes par AstraZeneca de son vaccin contre le Covid-19 ont représenté 572 millions de dollars en Europe et 455 millions dans les pays émergents sur le premier semestre 2021 / AFP/Archives

Le sérum contre le Covid-19 d’AstraZeneca, laboratoire jusqu’alors peu présent dans les vaccins, a été l’un des tous premiers sur le marché avec celui de Pfizer.

AstraZeneca a même doublé le géant britannique GSK dans la course aux sérums contre le coronavirus. Ce dernier table seulement sur la fin de l’année pour son propre vaccin, plombé par les retards et développé en partenariat avec le français Sanofi.

Le lancement du vaccin d’AstraZeneca avait été suivi de nombreux problèmes pour le groupe, avec notamment des doutes émis sur son efficacité et des inquiétudes après plusieurs caillots sanguins toutefois très rares au regard des millions de doses administrées. A cela s’était ajouté un litige avec Bruxelles sur les livraisons.

Confiant pour 2021

AstraZeneca compte par ailleurs demander l’approbation pour son vaccin aux Etats-Unis au cours du second semestre, a-t-il noté dans son communiqué, en retard sur le calendrier initialement prévu.

Au total, le chiffre d’affaires d’AstraZeneca au premier semestre a progressé d’environ 20% à 15,5 milliards de dollars et le bénéfice net de quelque 40% à 2,1 milliards, avec notamment une solide progression des nouveaux médicaments.

Le groupe souligne que des progrès dans son portefeuille de produits en développement et l’acquisition d’Alexion tout juste finalisée soutiennent sa croissance à plus long terme, ce qui l’amène à relever ses prévisions de résultats pour l’année entière.

Le groupe table à présent notamment sur des recettes en hausse de 20 à 23% pour 2021.

Le groupe pharmaceutique suédo-britannique avait annoncé mi-juillet avoir obtenu le feu vert du Royaume-Uni pour le rachat à 39 milliards de dollars de la biotech américaine Alexion, spécialisée dans les maladies rares.

“AstraZeneca a généré une nouvelle période de forte croissance grâce à une performance solide sur toutes les régions et dans toutes les pathologies”, notamment en oncologie, s’est félicité le directeur général Pascal Soriot.

Le groupe reconnait toutefois “toujours des risques et incertitudes importantes liées à l’impact du Covid-19, y compris l’impact potentiel de nouveaux médicaments contre le virus actuellement en développement clinique”, ajoute-t-il.

L’action prenait 0,13% à 8.277,00 pence vers 10H00 GMT dans un marché en nette hausse.

Plus les mois passent, plus les compteurs de ventes s’affolent pour Pfizer. Le laboratoire prévoit d’écouler cette année pour 33,5 milliards de dollars de vaccins contre le Covid-19 développés en partenariat avec l’allemand BioNTech. C’est bien plus que les 26 milliards de dollars sur lesquels le groupe avait dit tabler en mai, et encore plus que les 15 milliards de dollars estimés en février. A titre de comparaison, le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson, qui a lui aussi développé un vaccin contre le coronavirus, anticipe 2,5 milliards de dollars de revenus issus de son sérum contre le virus cette année.

Outre le succès éclatant de l’alliance entre Pfizer et BioNTech, ses concurrents Johnson & Johnson comme AstraZeneca se sont engagés de leur côté à vendre leur vaccin à prix coûtant le temps de la pandémie.

“La rapidité et l’efficacité de nos efforts avec BioNTech pour aider à vacciner le monde contre le Covid-19 est sans précédent, avec désormais plus d’un milliard de doses délivrées à l’échelle de la planète”, a réagi hier le PDG du groupe, Albert Bourla, cité dans le communiqué de résultats financiers du 2e trimestre. Grâce aux campagnes de vaccination qui se mettent en place un peu partout dans le monde, le groupe multiplie les contrats, pour 2,1 milliards de doses au total.

Une troisième dose pourrait s’avérer indispensable

L’un des derniers en date est la commande vendredi de 200 millions de doses supplémentaires par les Etats-Unis, portant leurs achats pour le marché intérieur à 500 millions. Les ventes pourraient encore croître, car Pfizer/BioNTech préconise une troisième dose de son vaccin pour le rendre plus efficace, au moment où le très contagieux variant Delta provoque des flambées épidémiques en Asie et en Afrique et fait remonter le nombre de cas en Europe et aux Etats-Unis. “De nouvelles études montrent qu’une troisième dose a des effets neutralisants contre le variant Delta plus de cinq fois plus élevés chez les jeunes et plus de onze fois chez les personnes plus âgées après deux doses”, affirme l’entreprise qui prévoit de publier des données plus détaillées dans les semaines à venir.

Pfizer anticipe désormais pour l’ensemble de 2021 un chiffre d’affaires compris entre 78 milliards et 80 milliards de dollars, alors que ses ventes de vaccins anti-Covid ont déjà rapporté 11,3 milliards de dollars sur les six premiers mois de l’année.

La Croix & La Dépêche