Covidisme : «Jamais dans l’histoire du monde un gouvernement n’a pu imposer de telles restrictions à la liberté de ses citoyens aussi facilement.»

Thibault Mercier, avocat au barreau de Paris, essayiste et président du Cercle Droit & Liberté regrette la portée inédite des restrictions, qui, au-delà de porter atteinte à nos libertés, menacent les vertus traditionnelles de notre civilisation.

Le 30 avril 2021, le Président Macron déclarait dans les colonnes du Progrès que le pass sanitaire ne serait «jamais un droit d’accès qui différencie les Français [et] ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas». Deux mois plus tard, brandissant la menace du variant indien (ou Delta pour reprendre le terme désormais imposé), c’est tout l’inverse que le chef de l’État vient de nous annoncer […].

Au-delà de cet énième retournement de veste, il faut déjà pointer du doigt cette pratique inédite du pouvoir qui s’impose à nous depuis le début de la crise et qui veut que le président annonce de nouvelles restrictions sans qu’elles n’aient encore passé le filtre du Parlement ou été soumises au débat démocratique. L’exécutif a-t-il oublié que l’état d’urgence sanitaire a pris fin au 30 juin 2021 ?

S’agissant de l’extension massive du pass sanitaire annoncé cette semaine, il semblerait que le droit et les libertés n’aient plus grande valeur aux yeux de nos gouvernants. L’exécutif ne peut en effet ignorer que de nombreux juristes renommés ont démontré que ce mécanisme était illégal au vu de la disproportion des atteintes qu’il porte à nombre de nos libertés fondamentales (liberté de commerce, liberté d’aller et venir, droit au respect de la vie privée, etc). Ces considérations semblent pourtant avoir été balayées d’un revers de la main et nous assistons ainsi impuissants à la prise de pouvoir des experts et des technocrates à laquelle le gouvernement a délégué une partie de ses responsabilités.

Au-delà des atteintes graves à nos libertés, c’est également la logique même de cet outil qu’il est nécessaire de dénoncer tant ses conséquences seront délétères pour nos libertés et notre civilisation. Quel monde résultera de la généralisation d’un tel outil de contrôle ? Notons que jamais dans l’histoire du monde un gouvernement n’a pu imposer de telles restrictions à la liberté de ses citoyens aussi facilement. La technologie de l’Ancien Régime n’aurait ainsi jamais permis à Louis XIV de contrôler aussi aisément ses sujets (et l’aurait-il voulu ?).

Indifférent à la question, le gouvernement nous indique ainsi naïvement (ou cyniquement ?) que la philosophie de cet outil est de retrouver la liberté. Il nous offrirait donc la clé nous permettant de nous délier de nos chaînes. C’est pourtant oublier un peu rapidement que c’est bien cet exécutif qui a posé ces barrières et que le pass sanitaire nous en imposera d’un autre type : celles d’une société de la vigilance généralisée traçant des milliers de petites frontières internes sur notre territoire et permettant le pistage de l’ensemble des citoyens […].

Figaro Vox