Danemark : Des adultes nus affrontent les questions des enfants à la télévision publique

Temps de lecture : 3 minutes

Une émission de la télévision publique danoise propose aux enfants d’interroger des adultes, nus à l’antenne, sur leur rapport à leur propre corps. Objectif revendiqué : les aider à s’accepter tels qu’ils sont, loin du formatage des réseaux sociaux.

Est-il plus facile pour un aveugle de se déshabiller à la télévision, et que fait-on si on est obligé de faire passer ses selles par un trou dans le ventre [via une poche de stomie, après intervention chirurgicale] ? Y a-t-il d’autres genres que le masculin, le féminin et le neutre ? Et où est-il, le genre neutre?

Tels sont quelques-uns des thèmes abordés lors de la deuxième saison d’Ultrasmider tojet [“Ultra met à nu”], l’émission pour enfants controversée de DR Ultra[une chaîne de la télévision publique danoise]. Le concept est le suivant : un groupe d’enfants, âgés de 10 à 12 ans, observe quatre corps adultes complètement nus et très différents. Ce sont des individus handicapés, non binaires, noirs, minces,maigres, forts, gros, petits, grands, âgés et jeunes, que les enfants peuvent interroger sur tout ce qui a trait au corps, en particulier à leur propre corps.

Certains adultes trouvent cela “repoussant”

Bizarrement, l’épisode sur les genres a disparu du site de la chaîne, alors que c’était le plus intéressant d’entre tous. Les enfants avaient manifesté un grand intérêt pour l’adulte trans qui expliquait avoir un rapport fluide au sexe. Je ne veux pas conjecturer sur les raisons de la complète disparition de cet épisode, mais sur Facebook les commentaires vont bon train sous les clips des extraits que DR en a partagés.

Et un schéma clair se dessine. Les spectateurs adultes trouvent que cet épisode va trop loin, alors que les enfants qui participent ont un comportement ouvert et curieux face à la situation.

Une femme écrit dans l’un des commentaires : “Je trouve que c’est vraiment repoussant de montrer des personnes nues de cette façon sur une chaîne pour enfants.” Le fait que des adultes trouvent repoussant de laisser des enfants regarder des corps nus en dit long sur l’importance de l’émission de DR Ultra. Ne serait-il pas beau que les adultes ne trouvent pas un corps nu repoussant ? On s’est demandé ces dernières années si les enfants étaient devenus plus pudiques qu’autrefois et s’ils avaient un rapport plus vulnérable au corps. À mon avis, il est difficile de trancher cette question…

Peut-être que les enfants sont tout simplement devenus plus honnêtes à propos de leur manque d’assurance et peut-être qu’il a de tout temps été difficile pour les êtres humains d’avoir un corps. Il me semble qu’un service public de bonne qualité aborderait davantage le sujet des corps et en montrerait plus souvent, ainsi nous ne serions pas effarés du nôtre ou de celui des autres à la piscine, dans les vestiaires, sur la plage ou ailleurs.

Questionner les normes et la normalité“Ultra met à nu” est une émission bienvenue à la fois pour les adultes et les enfants, qui ont bien besoin qu’on leur rappelle qu’un corps n’est qu’un corps.

L’émission n’est pas un cours d’éducation sexuelle télévisé. Elle s’intéresse à la façon dont on accepte son propre corps. Cela étant dit, un principe de base de l’émission m’étonne : les corps adultes sont toujours présentés comme “particuliers” ou “imparfaits”. Même les enfants ont donc appris qu’il y avait des corps corrects et des corps imparfaits. L’émission gagnerait à parler de normes et à évoquer pourquoi la normalité est une notion beaucoup plus large.

“Ultra met à nu” a été la cible de nombreuses critiques, notamment parce que le programme est jugé trop adulte pour des enfants. Mais les critiques portaient également sur l’exhibition des corps en elle-même. Sarah Glerup [une femme politique handicapée] reproche notamment à l’émission d’exposer des corps de minorités.

Elle a elle-même été sollicitée par la société de production pour participer à l’émission, en ces termes : “Les thèmes ont été choisis à partir de ce qui interpelle les enfants et les jeunes et de ce que nous considérons comme des tabous pour eux. Le corps malade ou handicapé est entouré à la fois de tabou et de mystère pour beaucoup de jeunes.”Plutôt que de prôner la normalisation des innombrables types de corps qui existent sur la planète, “Ultra met à nu” semble vouloir former une sorte de jardin zoologique pour corps tabous particuliers.

Si l’émission peut être considérée comme une source d’information sur le corps, j’aurais aimé qu’elle fasse preuve de davantage de liberté et qu’elle donne aux gens la possibilité de rester ordinaires,loin des idéaux de beauté véhiculés par les médias sociaux et les services pornos. La question est alors de savoir comment souligner la normalité de la différence entre les corps, quand les critiques mettent en lumière la grande honte collective dont le corps est l’objet.

Politiken

4 Commentaires

  1. Avec la mise au grand jour de tout ce qui est minoritaire, voire marginal, on se demande si la normalité ne risque pas de devenir une exception coupable.

Les commentaires sont fermés.