Danemark : Jugé raciste par les danseurs, le ballet Othello annulé à Copenhague

Le ballet royal danois a interrompu sa collaboration avec le directeur du ballet de Hambourg après des répétitions pour un Othello qui a choqué les danseurs de la compagnie.

Remplacée par Le songe d’une nuit d’été du même chorégraphe, la production d’Othello de John Neumeier a été rayée du calendrier du ballet royal danois, après que des membres de la compagnie ont affirmé que celle-ci faisait appel à des « stéréotypes racistes ». Selon le directeur du ballet Nikolaj Hübbe, cette accusation concerne principalement une scène au cours de laquelle Othello voit Desdémone en rêve et exécute une danse de chasse africaine..

Le directeur du ballet de Hambourg a défendu sa chorégraphie, affirmant qu’il s’agissait d’éléments dramaturgiques, et non de racisme.

Bien que je puisse comprendre qu’on n’approuve pas le fait de peindre le corps d’un danseur pour un rôle, je ne crois pas au bien-fondé de la censure d’une chorégraphie en raison d’une mauvaise interprétation personnelle », explique-t-il. « J’ai décrit ma vision du « guerrier sauvage », expliqué son utilité dramaturgique et présenté mes recherches sur les danses de chasse africaines que j’ai utilisées pour ce rôle. »

Fin de partie

Outre l’annulation des représentations d’Othello, le ballet royal danois a informé Neumeier que la compagnie établie à Copenhague ne participerait pas au jubilé de ses 50 ans à Hambourg, et que sa Symphonie no 3 de Mahler, programmée pour l’automne prochain, était annulée. « Malheureusement, il semblerait que la relation harmonieuse, fructueuse et amicale que j’entretenais depuis 60 ans avec ce ballet est arrivée à son terme », a réagi le chorégraphe américain.

Le directeur du ballet danois Nikolaj Hübbe a, de son côté, expliqué à la télévision danoise qu’il ne considérait pas la chorégraphie d’Othello de Neumeier comme étant raciste, mais qu’il pouvait comprendre que la nouvelle génération de danseurs et de danseuses puisse en avoir une perception différente. « Je dois respecter cela, […] je ne veux pas envoyer sur scène de jeunes artistes qui se sentent mal dans leur rôle. »

Diapason