Des associations demandent à Facebook d’intégrer les relations polyamoureuses à la plateforme

Facebook accusé d’avoir empêché des chercheurs d’enquêter sur les biais racistes des algorithmes – BFMTV

La demande concerne le statut amoureux que peuvent choisir les membres de Facebook, actuellement limité à une personne.

Pourrez-vous bientôt afficher la liste de vos maris, femmes, conjoints ou conjointes sur Facebook? C’est en tout cas la demande formulée par plusieurs associations américaines au réseau social, dans une lettre relayée par le New York Times. Pour rappel, la plateforme permet actuellement d’afficher le nom d’une seule personne dans la catégorie “situation amoureuse”.

“En limitant les utilisateurs à une seule personne mentionnée dans sa situation amoureuse, les individus non-monogames sont arbitrairement privés de la possibilité d’exprimer l’ensemble de leurs relations sur l’application Facebook” déplorent les douze associations signataires de la lettre.

Les possibilités actuellement offertes par Facebook dans la catégorie “situation amoureuse” © BFMTV

Facebook étudie la question

Concrètement, ces derniers demandent que chaque utilisateur de Facebook puisse “avoir le droit de préciser l’ensemble de ses partenaires amoureux et intimes, sans limite”, en mentionnant leurs noms dans la liste liée à leur situation amoureuse.

“La non-monogamie éthique n’a rien de nouveau, mais des technologies comme Internet ont permis aux gens de créer plus facilement des communautés et d’adopter des modes de vie qui n’auraient pas été acceptés par nos sociétés auparavant” analyse Brett Chamberlin, cofondateur de l’Organisation pour le polyamour et la non-monogamie éthique, auprès du New York Times.

Interrogé sur le sujet, un porte-parole de Facebook rappelle que le réseau social permet déjà de se présenter comme étant dans une “union libre”, précisant par ailleurs que l’entreprise étudie la demande des associations, afin que les utilisateurs puissent établir une liste illimitée de conjoints ou conjointes.

Dans la lettre, les associations n’évoquent jamais le terme de “polygamie”. Ces dernières préfèrent en effet utiliser le mot “polyamour”, afin d’éviter tout amalgame avec des unions entre un mari et plusieurs femmes, ou une femme et plusieurs maris, qui pourraient être non-consenties.

BFM