Des balades en bateau pour réconcilier de jeunes migrants avec la mer

Drissa, Yaya et Bilal (de gauche à droite) en compagnie de Sylvie, Charly et Gaël lors de leur balade en bateau. – Sylvie Vaillant

À l’Ile-Tudy, Sylvie et Gaël Vaillant accompagnent des jeunes migrants, traumatisés par leur traversée jusqu’en Europe, pour les aider à se réconcilier avec la mer et dépasser leur peur.

En France, on estime à 40.000, le nombre de mineurs étrangers isolés. Bon nombre d’entre eux sont arrivés en France par la mer, d’Afrique ou du Moyen Orient. Un parcours extrêmement dangereux : en 2021, plus de 3.000 personnes sont mortes en Méditerranée. Une fois arrivés, la mer peut rester pour certains synonyme d’angoisse et de peur. Sylvie et Gaël Vaillant, de l’association Le Temps partagé à Quimper, se sont donnés comme mission de réconcilier ces adolescents avec la mer. Ils organisent des sorties en bateau depuis avril pour des jeunes entre 14 et 17 ans.

“Un jour, on se baladait à l’Ile-Tudy, et on a croisé une amie avec un jeune migrant dont elle s’occupait. Il était terrorisé, il rasait les murs”  explique Sylvie. “Alors on s’est demandé comment les réconcilier avec cet océan, qui est absolument merveilleux”, souligne Gaël. “D’autant plus qu’ici dans le Finistère on est entouré par la mer.” Alors, ils troquent leur voilier contre un bateau à moteur, plus sécurisant. “J’aurais pris plus petit si j’avais été tout seul”, détaille Gaël, “mais je voulais qu’ils puissent être soit à l’extérieur, soit rentrer dans la timonerie, pour qu’ils se sentent en sécurité.”

Les mineurs isolés à la barre 

Et pour cette septième sortie à bord du Tanganyika – du nom d’un lac d’Afrique de l’Est – ce sont quatre jeunes, entre 15 et 17 ans, venus du Mali et de Côte d’Ivoire, qui embarquent. Tous sont de jeunes mineurs isolés, arrivés en France par la mer. 

S’ils se disent sereins, les quatre adolescents restent en retrait, avant de prendre leur marque, guidés par l’enthousiasme et la bienveillance de Gaël et Sylvie. Equipés de leur gilet de sauvetage, ils écoutent attentivement les explications de Gaël. Et il y en a un qui n’en rate pas une miette, c’est Yaya, 16 ans et demi. Des questions sur le permis bateau, sur les différents outils de navigation, et sur les appâts de pêche, rien ne lui échappe.
Une fois sortis du petit port, Gaël leur propose de prendre la barre. A leurs côtés, il leur apprend à gérer le bateau. Les quatre garçons deviennent tour à tour capitaine, et l’effet est immédiat. De larges sourires s’affichent sur leur visage. Bilal, 15 ans, a même failli ne pas laisser sa place. “J’étais tellement à l’aise que j’avais plus envie de quitter la barre”, rigole-t-il. Yaya n’exclut pas de passer un jour le permis bateau. “C’est intéressant, j’aime bien alors pourquoi pas !”.

Et l’une des phrases qui revient le plus dans la bouche de Yaya, Bilal, Drissa et Lapa, c’est “ça fait du bien”. Car cette sortie, c’est aussi l’occasion de se changer les idées, de s’amuser. “C’est important, car ce n’est pas toujours évident en famille d’accueil ou en hôtel”, souligne Gaël. Alors au programme, il y a aussi de la pêche et un goûter apporté par Sylvie.
Un climat de confiance, propice à la discussion“S’ils le veulent, on discute de leur quotidien, de ce qu’ils vivent, et puis forcément, de leur traversée…”, glisse doucement Sylvie.

Le couple veut continuer à proposer des sorties au moins jusqu’à la fin de l’été.

France Bleu