Des cas de variole du singe détectés chez des sodomites au Royaume-Uni et en Suède (Màj : un premier cas en France)

Les autorités sanitaires françaises ont indiqué ce jeudi 19 mai 2022 avoir enregistré un premier cas suspect de variole du singe, en Île-de-France. D’autres pays européens ont récemment annoncé plusieurs cas avérés de cette maladie, relativement bénigne mais très rare en Europe.

La Direction générale de la Santé (DGS) a annoncé ce jeudi 19 mai 2022 qu’un cas suspect de variole du singe venait d’être signalé en Île-de-France.

C’est le premier cas de cette maladie très rare en Europe à être détecté sur le territoire hexagonal.

Des dizaines de cas en Europe, « un phénomène inhabituel »

Ces dernières semaines, plusieurs dizaines de cas de variole du singe ont été signalés en Europe.

Plusieurs cas d’infections autochtones à Monkeypox (autre nom de la variole du singe) ont récemment été signalés (…) par le Royaume-Uni, le Portugal, l’Espagne et la Suède, notamment chez des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes », précise la DGS dans un communiqué adressé aux professionnels de santé. Par ailleurs, « des cas suspects sont en cours d’investigation dans de nombreux pays ».

Ouest-France

_____________

L’OMS a indiqué ce mardi 17 mai 2022 vouloir faire la lumière sur des cas de variole du singe détectés au Royaume-Uni. Au total, 7 cas auraient été enregistrés dans le pays depuis début mai, notamment à Londres.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a dit mardi vouloir faire la lumière, avec l’aide du Royaume-Uni, sur les cas de variole du singe détectés dans le pays depuis début mai, notamment dans la communauté homosexuelle.

7 cas depuis le 6 mai

Depuis le 6 mai, sept cas de variole du singe (monkeypox) ont été identifiés au Royaume-Uni, dont quatre cas chez des personnes s’identifiant comme « homosexuelles, bisexuelles ou des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes », selon l’agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA).

À l’exception du premier cas – la personne infectée avait récemment voyagé au Nigeria, en Afrique de l’Ouest où cette maladie virale est endémique -, les malades ont été contaminés au Royaume-Uni, faisant craindre une transmission au sein de la communauté.

Des cas transmis après des relations homosexuelles

« Nous observons des transmissions parmi les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes », ce qui est « une nouvelle information que nous devons étudier convenablement pour mieux comprendre la dynamique » de transmission, a déclaré Ibrahima Socé Fall, directeur général adjoint de l’OMS pour les interventions d’urgence, à Genève.

Évoquant un cas supplémentaire « probable », Maria Van Kerkhove, une responsable de l’OMS, a indiqué que l’organisation travaillait « très étroitement avec son bureau régional, le Centre européen de contrôle des maladies et surtout l’agence de sécurité sanitaire britannique pour évaluer chacun de ces cas, la source de leur infection » et procéder à un « traçage des cas ».

Un cluster à Londres

Dans un communiqué publié lundi, l’UKHSA avait indiqué tenter de trouver un lien entre les quatre cas récemment identifiés, qui semblent tous avoir été infectés à Londres.

Les malades ont été admis dans des services de maladies infectieuses de différents hôpitaux.

Pas de traitement

Il n’existe pas de traitement pour la variole du singe, qui se transmet par contact avec une personne atteinte ou ses liquides organiques, dont la salive. Cette infection virale se guérit d’elle-même.

Selon l’UKHSA, le virus ne se transmet « pas facilement » entre personnes et le risque pour la population au Royaume-Uni est « faible ».

Fièvre, frisson, maux de tête…

Les symptômes recouvrent fièvre, mal de tête, douleurs musculaires, mal de dos, ganglions lymphatiques enflés, frissons et fatigue. Des éruptions cutanées peuvent survenir, souvent sur le visage, et se répandre à d’autres parties du corps donc les parties génitales, avant de passer par différentes phases, de former une croûte et de tomber.

L’UKHSA a appelé les personnes homosexuelles, bisexuelles ou les hommes ayant des relations avec des hommes à être « attentives à des éruptions cutanées ou lésions inhabituelles ».

Ouest-France

Merci à Dany