Des francs-maçons expliquent les rituels et les avantages de l’adhésion

L’Œil de la Providence se trouve sur les temples maçonniques du monde entier

Des poignées de main secrètes et des jambes de pantalon retroussées aux accusations de népotisme, d’intimidation et de répression des réformes, la réputation des francs-maçons n’a pas toujours été positive.

Mais avec ses millions de membres dans le monde, dont plus de 200 000 au Royaume-Uni, la publicité négative n’a pas entamé le désir des gens d’y adhérer.

“Au début, je trouvais ça un peu bizarre, mais ensuite, on commence à comprendre de quoi il s’agit”, explique Anna, une franc-maçonne senior de l’une des deux sociétés maçonniques réservées aux femmes en Angleterre. “Cela peut être assez addictif”.

La franc-maçonnerie en Angleterre a été, pendant 200 ans, uniquement ouverte aux hommes. Cela a changé au 20ème siècle.

La première loge féminine a ouvert en 1908 avec un Grand Maître masculin. Ses successeurs ont tous été des femmes, cependant, et les hommes ne sont plus autorisés à rejoindre la loge.

Anna – ce n’est pas son vrai nom – est membre depuis 21 ans et a obtenu les trois degrés de la franc-maçonnerie, ce qui fait d’elle l’un des membres féminins les plus anciens d’Angleterre.

“Nous faisons les mêmes rituels, nous faisons les mêmes cérémonies, mais nous sommes complètement séparées [des hommes]”, dit-elle.

Loyauté

Anna est une femme intelligente et sûre d’elle, qui n’a ni l’apparence ni l’air de quelqu’un qui voudrait rejoindre une organisation souvent considérée comme un club de garçons guindé et élitiste. Alors pourquoi l’a-t-elle fait ?

Mon mari est maçon et il m’a dit : “je pense que ça te plairait, pourquoi ne pas t’inscrire ? je pense que c’est en partie pour que je ne me plaigne pas quand il va aux réunions !”.

Michael, un homme d’une quarantaine d’années qui est membre depuis six ans, dit que, comme Anna, il a adhéré sur la recommandation d’un proche.

“C’était l’invitation d’un ami”, dit-il. “Je ne savais rien de tout cela”.

“J’aime faire confiance aux gens, je suis très loyal – ce genre de chose [faire partie d’une communauté] m’a séduit. C’est de cela qu’il s’agit.”

Il n’est pas surprenant que de nombreux francs-maçons restent vagues lorsqu’ils discutent de l’objectif de la fraternité, mais deux choses reviennent sans cesse lorsque l’on demande pourquoi ils aiment être membres.

Réseau social

Le chef des francs-maçons d’Angleterre et du Pays de Galles dit qu’il ne peut pas montrer la poignée de main à la BBC

Selon Michael, les francs-maçons sont parmi les plus grands donateurs caritatifs du Royaume-Uni.

Anna, elle aussi, considère l’aspect caritatif de l’adhésion comme quelque chose qu’elle apprécie.

“[Mon travail] est une profession tellement superficielle que c’est agréable de faire quelque chose qui en vaut la peine”, dit-elle.

Aussi admirable que soit la charité, les gens font tout le temps des dons sans adhérer à des sociétés secrètes.

Qu’est-ce qui pousse donc les gens non seulement à adhérer, mais aussi à rester des membres engagés ?

Pour beaucoup, la franc-maçonnerie est un réseau social.

“Au fil des années, vous construisez des relations avec les gens”, dit Michael. “On devient des amis”.

“Une personne invite quelqu’un à entrer et ils se connaissent généralement de toute façon”.

“C’est un peu comme Facebook dans ce sens. Vous rencontrerez des gens que vous avez connus dans le passé, certainement si vous avez vécu dans la région pendant un certain nombre d’années”.

“Nous venons de tous les horizons et de toutes les professions, mais cela devient un réseau”, confesse-t-il.

‘Un mythe total’

“J’utilise cette expression avec précaution car le réseau ne doit pas être utilisé pour votre bénéfice personnel – c’est un point sur lequel ils insistent”, poursuit-il.

Mais à quoi sert un réseau s’il ne fonctionne pas pour le bénéfice des personnes impliquées ?

“La perception est que les francs-maçons se tapent dans le dos et s’occupent les uns des autres comme ne le font pas les autres groupes d’amitié, c’est un mythe total”, explique Michael.

Il y a environ six millions de francs-maçons dans le monde et plus de 200 000 en Angleterre et au Pays de Galles sous l’égide de la Grande Loge Unie d’Angleterre

“C’est mal vu. Il ne faut pas l’utiliser pour son bénéfice personnel. C’est vraiment pour les autres”.

Anna ajoute : “je ne connais pas une seule autre femme qui a travaillé dans [mon secteur]”.

“Cela ne m’a jamais aidée [dans ma carrière]”, dit-elle.

“Je pense que dans le passé, il y a probablement eu des cas de [népotisme], mais je n’ai jamais eu connaissance d’un seul cas dans la franc-maçonnerie féminine. Je sais que les gens pensent que c’est le cas, mais c’est vrai pour toute société, n’est-ce pas ?”

Cérémonies secrètes

Chaque loge se réunit officiellement quatre fois par an pour accueillir les nouveaux membres lors de cérémonies dont le contenu a toujours été un secret bien gardé.

“Tout est basé sur le temple du roi Salomon”, explique Anna. “C’est une allégorie, légèrement ancrée dans la religion”.

Bien que les membres soient découragés de discuter de politique ou de religion, la croyance en une puissance supérieure a été, historiquement, une condition requise pour adhérer.

“La meilleure façon de l’expliquer est de dire que c’est comme une pièce de théâtre, dans laquelle tout le monde joue un rôle”, poursuit-elle.

“Le vénérable maître est comme l’acteur principal, celui qui a le plus à dire dans la pièce”, raconte-t-elle.

“Lorsque vous passez par vos trois cérémonies, il y a des choses que vous devez apprendre – vous avez des questions auxquelles vous devez trouver des réponses”,ajoute-t-elle

La Grande Loge Unie d’Angleterre a vu le jour au début du 16ème siècle

“Quand vous êtes le maître, quand vous animez la cérémonie, qui peut durer une heure environ, vous faites la plus grande partie du discours”.

Les scripts eux-mêmes ne sont jamais révélés publiquement – mais pas, selon Michael, à cause d’une quelconque “fraude ou autre chose de bizarre”.

“Bizarre” ou non, une société secrète dont l’histoire remonte au Moyen Âge a-t-elle vraiment un rôle à jouer dans la société moderne. Et si oui, quel est-il ?

“Je ne pourrais pas répondre pour les hommes, mais pour nous, c’est de nous montrer [les femmes] sous un jour favorable”, répond Anna. “Il s’agit de développement personnel. C’est un voyage pour apprendre à se connaître soi-même”.

Michael ajoute : “cela vous donne un code moral pour faire ressortir le meilleur côté de la nature humaine.”

Faits sur les francs-maçons

  • Les francs-maçons se réunissent dans un temple, qu’ils appellent “loge”, car c’est là que se réunissaient les anciens tailleurs de pierre lorsqu’ils travaillaient sur une église ou une cathédrale.
  • Les francs-maçons portent des tabliers, en raison de l’évolution supposée de la franc-maçonnerie à partir des tailleurs de pierre
  • Le “troisième degré” est l’étape finale avant de devenir un maçon à part entière. La cérémonie implique un interrogatoire serré, d’où l’origine de l’expression “donner le troisième degré à quelqu’un”
  • Parmi les francs-maçons anglais célèbres figurent Sir Winston Churchill, Sir Arthur Conan Doyle, Rudyard Kipling et Oscar Wilde

*Les noms des personnes interrogées ont été modifiés pour protéger leur identité

BBC