Des J.O. de Pékin à la Coupe du monde au Qatar : le boycott fluctuant de Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon, a exprimé ce jeudi soir son opposition à la présence des Bleus au Qatar lors de la Coupe du monde 2022, car, selon lui, “on ne peut pas jouer au foot sur les cadavres”. Treize ans plus tôt, il adoptait une position radicalement différente concernant les J.O. de Pékin…

Jean-Luc Mélenchon, a estimé jeudi que les joueurs de l’équipe de France n’avaient “rien à foutre” au Qatar pour la Coupe du Monde 2 022 qui aura lieu du 21 novembre au 18 décembre 2022. “On ne peut pas jouer au foot sur les cadavres”. “Oui, s’il y avait une bataille pour le boycott, moi j’y participerais, mais je n’ai pas beaucoup d’illusions. C’est une honte ce qui se fait là. 6 500 personnes sont mortes sur les chantiers. C’est affreux comment ils traitent les gens”, a déclaré le leader de La France Insoumise sur RTL, se référant à une récente enquête du Guardian, que nous vous relations déjà début mars. La pétromonarchie est en effet sous le feu des critiques pour son traitement des migrants sur les chantiers du mondial 2022, qui y travaillent au péril de leurs vies.

L’équipe de France doit-elle s’y rendre ? “Ça, il y a des fédérations sportives pour en discuter. Moi je pense qu’un Français n’a rien à foutre là-bas. Mais après, bon, c’est moi. (…) Oui, les gars, je vous dis de ne pas y aller. On ne peut pas jouer au foot sur les cadavres, on ne peut pas jouer au foot avec des violents bornés obscurantistes comme ceux qu’on a là”, a-t-il conclu.

UNE POSITION DIFFÉRENTE LORS DES JO DE PÉKIN EN 2008

Rétrospectivement toutefois, le leader de la France Insoumise n’a pas toujours été sur la même ligne, en termes de boycott de compétitions sportives. “Je ne suis pas d’accord avec le boycott des Jeux olympiques de Pékin et la propagande antichinoise” avait-il déclaré sur son blog en avril 2008, alors qu’il était encore sénateur. “Pour moi, le boycott des jeux est une agression injustifiée et insultante contre le peuple chinois. Si l’on voulait mettre en cause le régime de Pékin, il fallait le faire au moment du choix de Pékin pour les jeux.” avait-il alors déclaré. Et d’ajouter : “Si un boycott devait être organisé, dans une logique agressive conséquente, ce n’est pas celui du sport qui est un moment d’ouverture et de fraternisation. Pourquoi pas plutôt celui des affaires et de la finance ? “

Un changement de paradigme radical. Mais conforme à ses prises de position vis-à-vis de la Chine. Déjà en 2008 il déclarait ne pas être « d’accord pour dire que le Tibet aurait le droit à une indépendance à l’égard de la Chine », tout en soulignant le « mépris » affiché par Paris à l’égard de Pékin.

Merci à Neuneu

Rappel, Mélenchon en 2008 chez Télé Matin: