Des migrants témoignent : « Les Biélorusses nous disent soit vous mourez ici, soit en Pologne »

Les conditions de vie de milliers de migrants, toujours bloqués à la frontière biélorusse avec la Pologne, s’aggrave. Au milieu d’une forêt, dans la région de Grodno, non loin du poste de frontière de Brugzi en Biélorussie, des familles avec des enfants tentent de survivre dans des conditions désastreuses, sous des températures de plus en plus glaciales.

Littéralement piégés dans cette zone de non-droit depuis des semaines – la Pologne tenant fermement la frontière côté européen – , la tension est montée d’un cran ces derniers jours après plusieurs tentatives de passages de centaines de migrants vers l’Union européenne. Pour tenir leur frontière, les Polonais ont installés des kilomètres de barbelés et quadrillent la zone jour et nuit. Des drones, équipés de caméras thermiques sont aussi utilisées pour traquer les migrants qui essayeraient de passer de nuit.

Entre la Pologne et la Bélarus, l’Irakien Sagvan et sa famille sont piégés

Les gardes-frontières polonais ont enregistré 468 tentatives de passage de la frontière depuis le Bélarus en une seule journée. Parmi les migrants, Sagvan et sa famille, victimes collatérales d’un bras de fer diplomatique.