Deux membres de la diaspora camerounaise au cœur des discours politiques français anti-immigration

Une partie des diasporas des pays à faibles revenus peut être instrumentalisée par des intérêts politiques divers et variés. D’autres sont également tentés, pour se faire valoir dans leur pays d’accueil, de véhiculer les clichés et les idées reçues les plus dommageables pour l’Afrique. C’est le cas, en France, de deux Camerounais d’origine, Stella Kamnga et Stéphane Tiki. 

Des membres de la diaspora camerounaise sont de nouveau sous les feux des projecteurs médiatiques, cette fois sur des questions de politique française. Les propos de Stella Kamnga sont aujourd’hui au cœur d’une polémique dans son pays d’origine, le Cameroun. La jeune chroniqueuse d’une chaine de télévision avait dénoncé « la paresse » des Africains qui vivent des transferts des migrants, allant ainsi dans le sens d’une partie de la classe politique française anti-immigration. Des voix se sont élevées pour critiquer cette sortie jugée opportuniste et blessante, ressentie même par certains comme une trahison de ses origines.

De plus, cette prise de position est survenue en plein débat sur d’éventuelles restrictions que certains partis politiques français voudraient imposer aux transferts des migrants.

Pourtant, si en France, les migrants ont envoyé 15,03 milliards de dollars, en 2020, vers leurs pays d’origine, selon les données de la Banque Mondiale, les Français vivant à l’étranger, eux, ont envoyé en France, la même année, 25,14 milliards de dollars. C’est le niveau le plus élevé en Europe. L’Allemagne, deuxième, n’a reçu de sa diaspora que 17,8 milliards $. Doit-on en conclure que les Français sont plus paresseux que les Allemands ?

Un autre Camerounais d’origine anime l’actualité française. Stéphane Tiki, ancien président des jeunes de l’UMP, le principal parti de droite, rebaptisé depuis Les Républicains, militait activement contre le droit de vote pour les migrants. On apprend aujourd’hui que ce monsieur, qui réside en France depuis une dizaine d’années, s’y trouve en situation irrégulière. L’arroseur arrosé reconnait être en attente du renouvellement de ses papiers, et donc de ne pas disposer de titre de séjour formel.

Agence Ecofin

Addendum

Présentation de Stéphane Tiki: