Discrimination à l’embauche : l’État va tester 40 nouvelles entreprises

Temps de lecture : < 1 minute

L’an dernier, un premier contrôle avait permis d’épingler les pratiques de recrutement de sept grands groupes. Ces entreprises se sont vues prescrire un stage d’une journée, qui s’est déroulé le 2 juillet dernier, pour acquérir les bonnes pratiques contre les discriminations.

Le calendrier a été accéléré malgré la crise. «L’urgence du sujet», précise-t-on au ministère de la Ville, en charge du dossier du testing sur la discrimination à l’embauche dans les entreprises. Peut-être aussi la nécessité de passer très vite à la deuxième phase, après les vives critiques émises par l’ensemble des employeurs épinglés sur la validité des résultats de la première rendus publics en début d’année.

Prévue dans le programme du candidat Emmanuel Macron, cette campagne de testing vise à mettre en évidence l’existence de pratiques discriminatoires pour mieux les combattre. «Le constat, nous le connaissons: il y a de la discrimination à l’embauche dans les entreprises mais, pour sortir de ces pratiques, il faut éveiller les consciences», explique le ministère.

Et aussi taper, un peu, sur les doigts de ceux dont le comportement n’est pas exemplaire. Le programme prévoit de mettre à l’épreuve les sociétés du SBF 120, soit les 120 plus importantes entreprises françaises cotées en bourse.

Le Figaro