Discrimination à l’embauche : l’État va tester 40 nouvelles entreprises

Temps de lecture : < 1 minute

L’an dernier, un premier contrôle avait permis d’épingler les pratiques de recrutement de sept grands groupes. Ces entreprises se sont vues prescrire un stage d’une journée, qui s’est déroulé le 2 juillet dernier, pour acquérir les bonnes pratiques contre les discriminations.

Le calendrier a été accéléré malgré la crise. «L’urgence du sujet», précise-t-on au ministère de la Ville, en charge du dossier du testing sur la discrimination à l’embauche dans les entreprises. Peut-être aussi la nécessité de passer très vite à la deuxième phase, après les vives critiques émises par l’ensemble des employeurs épinglés sur la validité des résultats de la première rendus publics en début d’année.

Prévue dans le programme du candidat Emmanuel Macron, cette campagne de testing vise à mettre en évidence l’existence de pratiques discriminatoires pour mieux les combattre. «Le constat, nous le connaissons: il y a de la discrimination à l’embauche dans les entreprises mais, pour sortir de ces pratiques, il faut éveiller les consciences», explique le ministère.

Et aussi taper, un peu, sur les doigts de ceux dont le comportement n’est pas exemplaire. Le programme prévoit de mettre à l’épreuve les sociétés du SBF 120, soit les 120 plus importantes entreprises françaises cotées en bourse.

Le Figaro

12 Commentaires

  1. Mâles blancs à liquider, c’est aussi simple que ça. A quand une milice de nettoyage de toute cette merde ?

  2. J’sais pas moi, j’y connais rien, enfin si, les entreprises sont là pour gagner du pognon, non? Pas pour jouer, alors à mon avis une entreprise est assez grande pour choisir toute seule avec qui elle pense risquer d’en gagner le plus, pour le reste il y a les œuvres caritatives.
    D’ailleurs je pense qu’un mec tout vert avec 4 bras serait préféré à n’importe qui à partir du moment où il ferait mieux qu’un autre.

  3. Quelle hypocrisie ces barèmes, les études et statistiques révèlent toujours et encore que le motif de discrimination à l’embauche N°1 est le Handicap ou les pathologies chroniques.

    Imposer un nuancier de couleur en mettant de côté les compétences,nouvelle dictature.

  4. Que vont-ils encore inventer maintenant pour mettre un frein à la sélection naturelle, je dis bien naturelle, parce que j’estime que les crevards afrobougnoules, sans le coup de pouce qui leur est donné par les assimilationnistes, se disqualifieraient naturellement par eux-mêmes.

    Par ailleurs, les “experts” gauchistes, sans le savoir, avaient déja tout faux avec l’anonymisation du CV. En ôtant des informations élémentaires sur les candidats, on a empêché les recruteurs de faire une « discrimination positive » à l’avantage des candidats potentiellement discriminés. Comme toute stratégie gauchiste, c’était une manoeuvre qui s’est finalement retournée contre eux.

  5. le recrutement de divers dans les stés du CAC fait vraiment peur. Faut être honnête, les blancs ne se positionnent pas parce que c’est un boulot “manuel” ‘(recruté à bac +2 quand même).
    Pourtant les salaires sont pas dégueulasses..
    Ceux qui ne sont pas faits pour les facs et leur fabriques à débiles, penser aux métiers!.
    Il en existe encore avec lesquels vous pouvez palpez plus de 2000 net par mois sans vous coupez une couille….après qq mois d’expérience….oui ça existe encore.

  6. La fédération Théorie et évaluation des politiques publiques du CNRS est missionnée pour cette branlette intellectuelle consistant à décompter le pourcentage de lettres de motivation dont l’expéditeur a un nom à consonance maghrébine (au autre présumée discriminée) ou / et indique comme adresse une “cité défavorisée”.
    Aucun décompte du nombre de fotte dortaugrafe par ligne ne sera effectué.

  7. Ce gag.

    Job passion à Paris parce que “patron à petit kiki gauchiste”, “Insupportable de continuer dans le 93” etc…

    Je me rappelle avoir tout quitté : j’allais pété un plomb et la gourde du “suivi” sur mon nouveau lieu de me dire : “Au moins vous avez la chance de ne pas être typé, si vous voyez ce que je veux dire”

    Et moi de lui répondre “C’est justement ce qui m’inquiète : Moi diplômé, blanc, mâle… Si vous voyez ce que je veux dire

    Si je dois embaucher, c’est encore moi qui vais choisir. Point barre.

  8. Il y a, il y aura toujours des critères. Appelez ça de la discrimination si ça vous plaît…
    Moi, je suis senior, j’ai aussi du mal, j’en fais pas tout un plat, je m’obstine, parfois ça paie, parfois pas…
    I’ y en a qui sont moches, ça ne se passe pas forcément super bien.
    Les gros, pareil, les trop jeunes aussi.
    Un recruteur à forcément à un moment ou à un autre un critère non objectif… Ça peut être un parfum trop fort..
    La discrimination a le dos large, c’est peut être juste votre argument choc pour cacher votre incompétence.

    • Exactement, chère Anna!
      Comme par hasard, les “éternels discriminés” ne se posent jamais la question si ce n’est pas leur accent wesh wesh, leur manque de motivation, leur absence de compétences nécessaires pour leur poste ou leurs prétentions qui ont été éliminatoires.

Les commentaires sont fermés.