Disparation des comoriens en mer : Quand le gouvernement ferme les yeux

Désireux de vivre une vie meilleure, des jeunes comoriens sont souvent au péril de leur vie. Ils choisissent d’emprunter le chemin clandestin. En mer méditerranée ou au large de Mayotte, des jeunes comoriens périssent leur vie. Le gouvernement comorien, ferme les yeux.

Tristement, ils s’aventurent. Des jeunes comoriens au Maroc, en Tunisie empruntent le chemin clandestin pour espérer un jour une vie meilleure. Parmi eux, des jeunes diplômés de l’université des Comores et des universités étrangères. Des témoignages funestes pullulent sur la toile. Les jeunes sont prêts à joindre l’Europe par tous les moyens. Le chemin qu’ils choisissent d’emprunter est loin d’être bordé de roses. Sans tenir compte des répercussions de leurs décisions, les migrants comoriens en méditerranée risquent leurs vies pour essayer désespéramment de fuir le pays et leurs familles pour bâtir une nouvelle vie. Le désespoir des jeunes lèvent le voile sur les nombreux défis auxquels ils font face quotidiennement pour assurer une vie digne. La misère qu’ils font face, la situation socio-économique difficile, une instabilité politique, des conditions de vie médiocres.

Le gouvernement comorien ferme les yeux et les drames continuent. En méditerranée ou à Mayotte, les drames liées à l’immigration sont fréquents. « Si nos petits frères, nos petites sœurs ou nos neveux et nièces quittent le pays par la mer méditerranée c’est pour fuir la misère et tenter une vie pleine de roses. Certes c’est un risque à prendre la vie mais le gouvernement en est responsable. Si le gouvernement crée des emplois aux jeunes, de tels drames ne se reproduiront jamais », a manifesté Said Bacar.

Aux Comores, des comoriens meurent dans le bras de mer Anjouan-Mayotte. Samedi dernier, une vedette a chaviré au large de Mayotte avec une vingtaine de passagers à bord. Des victimes et des rescapés. Mais aussi des personnes sont disparues.

Comores-infos