Diversité et inclusion : Une politique devenue stratégique dans les entreprises

Tout comme Avanade et Heineken, de plus en plus d’entreprises construisent une véritable politique pour lutter contre toutes formes de discrimination.

Un tournant semble s’opérer concernant la diversité et l’inclusion dans les entreprises. Elles sont 71 % à déclarer avoir un budget dédié à ces thématiques. Et, plus encourageant encore, 26 % d’entre elles avaient prévu une hausse de cette enveloppe en 2022, selon une étude Workday, menée auprès de 300 entreprises françaises et publiée en septembre 2021. Si les différentes politiques gouvernementales et obligations légales ont eu une influence certaine sur la mise en place d’initiatives, cette démarche répond aussi à des enjeux de réputation ou d’image de marque pour respectivement 79 % et 76 % des personnes interrogées.

Un postulat plus que prometteur qui a vocation à tirer les sociétés vers le haut. Avanade, entreprise de conseil d’intégration de solutions Microsoft, l’a bien compris. Antoine Quenet, responsable de recrutements et Marie-Liesse Allouis, DRH, ont pris conscience qu’une stratégie en la matière constitue une opportunité d’instaurer un changement durable dans leur organisation. La première action fut la promotion des femmes car, dans ce secteur des technologies, elles sont très sous-représentées. « Pour attirer les filles, nous menons chaque année des actions avec nos ambassadrices dans les collèges et les lycées pour promouvoir les carrières dans l’informatique et nos métiers.

Nous avons également monté plusieurs académies pour former des femmes en reconversion ou éloignées du marché de l’emploi », rapporte Marie-Liesse Allouis qui compte dans ses effectifs 24 % de femmes, contre 12 % en 2019. L’inclusion et la diversité ne se limitent pas à ce seul défi. Avanade signera prochainement une charte avec l’Agefiph pour proposer un environnement plus inclusif aux personnes en situation de handicap. C’est tout un chantier multiculturel qui s’ouvre : création de groupes autour de la parentalité pour aider les jeunes parents à trouver un meilleur équilibre ou encore actions en faveur de l’inclusion des personnes LGBT (acronyme qui signifie lesbiennes, gais, bisexuels, transgenres). « Nous avons établi une charte pour accompagner les salariés opérés suite à une transition de genre. Nous souhaitons pouvoir leur donner du temps libre », confie Antoine Quenet.

Des formations en ligne chez Heineken

Le groupe Heineken a pris le parti de nommer en 2017 un responsable inclusion et diversité. « Nous avons une véritable gouvernance pour gérer ce sujet, un comité dans lequel nous prenons toutes les décisions en impliquant les équipes de direction. Quatre réseaux de salariés volontaires organisent un certain nombre d’événements », se satisfait Clémentine Doumenc, responsable inclusion et diversité d’Heineken. Plus largement, une communauté de supporters, qui représentent entre 100 et 150 collaborateurs, suit ces groupes, leur donne des idées, soutient les actions et les aide à amplifier les messages. Le groupe contribue notamment à faire de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes une réalité, casse les préjugés afin de faciliter l’intégration des personnes handicapées et se mobilise pour le rayonnement et l’inclusion des personnes LGBT.

L’entreprise est d’ail­leurs signataire de la charte de l’Autre Cercle, référente pour l’inclusion de ces collaborateurs en entreprise, pour libérer la parole et favoriser un climat de bienveillance. « Nous proposons en parallèle beaucoup d’initiatives autour de la formation et mettons à disposition des outils de micro-learning pour éveiller sur ces sujets, prévenir nos salariés des comportements et propos inappropriés, du sexisme, du racisme, de l’homophobie en entreprise », ajoute Clémentine Doumenc. Le groupe a pour habitude d’organiser, en mars, une session e-learning pendant la journée de la femme, en novembre un module pendant la semaine sur le handicap. Des outils qui viennent alimenter les différents plans d’action.

Les Echos