Eric Zemmour : « Ce n’est pas parce qu’on conteste l’obligation vaccinale ou le pass sanitaire qu’on est des affreux, des méchants, des complotistes ! »

L’aveu ne franchira pas ses lèvres. Pas encore. Mais si Éric Zemmour n’avoue pas ses ambitions présidentielles, elles transpirent par toutes les nuances de son sourire. En vacances jusqu’au 15 août dans l’Est-Var, le polémiste livre sa “vision” du pays et de son avenir. Parfaitement conscient que d’une “vision” à un projet politique, il n’y a que l’ombre d’une déclaration attendue pour l’automne. Le polémiste détaille ce qui ressemble aux grands axes d’un programme présidentiel. Une “vision” qu’il précisera dans un livre à paraître le 15 septembre.

“Le confinement est une atteinte scandaleuse aux libertés”

Chaque samedi, dans les manifestations contre le pass sanitaire, Éric Zemmour est cité en exemple.

“Je comprends très bien ce qui anime ces personnes, sourit le polémiste. Ce que je trouve choquant, depuis le début, c’est l’impossibilité de discuter. Ce n’est pas parce qu’on conteste l’obligation vaccinale ou le pass sanitaire qu’on est des affreux, des méchants, des complotistes! En démocratie, on doit pouvoir parler de tout sans subir des invectives. Le confinement est une atteinte scandaleuse aux libertés. On a imité le régime totalitaire chinois. Ceux qui ne l’ont pas fait, comme les Suédois, n’ont pas souffert plus que nous. Je ne suis pas contre la vaccination, mais il faut d’abord protéger les gens qui sont en danger. Pourquoi obliger les jeunes à se vacciner, alors qu’ils ne meurent quasiment pas de la Covid ? En France, les chiffres de cette épidémie, par rapport à celles du passé, sont assez modestes. De là à arrêter l’économie… Cela dit beaucoup de notre incapacité à voir la mort en face!”

Lors des dernières régionales, des candidats se sont réclamés de vos idées – Valérie Laupies en Paca notamment. Êtes-vous en accord avec leurs propos?

Je suis flatté que des gens me soutiennent et souhaitent que je me présente à la présidentielle. Mais je l’ai dit clairement : ce n’est pas moi qui ai encouragé ces listes. Je ne suis pas partie prenante de tout cela !

Valérie Laupies dénonce le “grand remplacement” des chrétiens par les musulmans qui, selon elle, menace notre civilisation judéo-chrétienne…

Il ne faut pas avoir peur de cette expression. Il y a un processus de remplacement de la population à partir du moment où il y a trop d’immigrés qui ne s’assimilent plus. C’est inévitable. En Algérie, on renvoie les Africains sans ménagement.

Ne venez-vous pas, vous-même, du sud de la Méditerranée?

Bien sûr. Mes ancêtres ont vécu pendant mille ans en Algérie. Je suis ce que j’appelle un “Français de branche”: un exemple éclatant du modèle français de l’assimilation.

Comment savoir si les immigrés veulent ou non s’assimiler?

D’abord, beaucoup de ces personnes le disent. Tout cela parce que les autorités françaises ont renoncé depuis quarante ans à l’assimilation au bénéfice d’une soi-disant intégration, pour arriver à la “France créolisée” chère à Mélenchon! Le modèle culturel et civilisationnel de ces immigrés est de plus en plus étranger au nôtre. Et comme ils sont de plus en plus nombreux, qu’ils vivent entre eux, ils conservent les mœurs auxquelles ils sont habitués.

Quelles solutions proposez-vous?

Il faut arrêter les flux. Je ne parle pas seulement des clandestins ; je pense d’abord à l’immigration légale. On a donné des droits aux immigrés qui déterminent eux-mêmes la politique de la France. En faisant venir leur famille, par exemple, ou en restant alors même qu’ils sont expulsables. Il faut changer tout cela.

Il faut rassembler tous ceux qui veulent préserver la civilisation française menacée de mort.”

En interdisant, par exemple, les étudiants étrangers?

Oui. Il y a des exceptions, mais en général, c’est une filière d’immigration supplémentaire. Je ne jette la pierre à personne; je pense simplement qu’il y a une urgence. Nous sommes en train de basculer, par le nombre, dans une autre civilisation. Il faut fermer totalement le robinet.

Vous refusez d’accueillir même les réfugiés politiques?

À 99 %, c’est aussi une filière d’immigration. Un vrai droit d’asile, c’est un combattant de la liberté. C’est Soljenitsyne (1)…

Vous fermez donc la porte au prochain Soljenitsyne ?

Je pense que s’il se présente, on ne le ratera pas. [Il sourit] Mais si on le rate, tant pis! On ne peut plus tenir compte des exceptions.

Et que faire avec les étrangers déjà présents sur le territoire?

Un travailleur étranger qui cotise a des droits. En revanche, je pense que la solidarité nationale doit redevenir… nationale. Il faut supprimer l’aide médicale de l’État (AME), qui permet à des étrangers en situation irrégulière d’être mieux remboursés que des Français. Ca, c’est un scandale!

Est-ce possible légalement?

Cela suppose un conflit avec la Cour européenne des droits de l’homme. Il faut l’assumer.

Le patron des éditions Albin Michel refuse de publier votre prochain livre parce que, affirme-t-il, vous lui avez confié vos ambitions présidentielles. Est-il exact que vous allez le publier vous-même?

Oui. Tout comme il est exact que je n’ai absolument rien confié de mes intentions à mon éditeur! J’ignore pourquoi il utilise ce prétexte. Mon essai n’est pas un livre-programme. Je pose les problèmes de notre société et j’y réponds en expliquant ce que j’aimerais faire.

Cela s’appelle un programme!

Non, je vous assure! Il y a une vision de ce qu’on doit faire pour sortir de cette situation.

Dieudonné a été privé d’expression publique après avoir été condamné pour incitation à la haine raciale. Vous, vous avez été condamné pour incitation à la haine religieuse et l’on vous voit toutes les semaines sur CNews…

J’ai été condamné pour un délit d’opinion. On a le droit de critiquer une religion en France. L’islamophobie, ça n’existe pas! Je n’insulte, ni ne hais personne. Je souhaite d’ailleurs qu’on interdise aux associations d’ester (poursuivre, ndlr) en justice. Je ne suis pas un délinquant; je suis un dissident. Il faut en finir avec ces lois qui criminalisent la liberté d’expression!

Qu’est-ce qui pourrait vous empêcher d’être candidat à la présidentielle en 2022?

Des éléments matériels: les 500 signatures requises, les moyens financiers… [Il sourit] Mais j’ai beaucoup d’amis. On verra à la rentrée; vous n’avez plus beaucoup à attendre.

“Une vieille méthode stalinienne…”

Lorsqu’on le situe à l’extrême droite, Éric Zemmour hausse les épaules. “C’est une vieille méthode stalinienne des années trente, qui consiste à traiter de fascistes tous ses adversaires. Historiquement, l’extrême droite, qu’est-ce que c’est ? Des gens qui voulaient abattre la République. Ce n’est pas mon cas. En matière d’immigration, je ne propose rien de plus que le RPR en 1990. Giscard parlait d’invasion migratoire – comme moi !”

Quid de Marine Le Pen qui le qualifie de “Taubira de la famille nationale”?

Il rigole: “Elle oublie que ce n’est pas Taubira qui a fait perdre Jospin en 2002 ; c’est Jospin qui a fait une mauvaise campagne. En 1981, il y avait cinq candidats à gauche, ça n’a pas empêché Mitterrand d’être élu. En 1974, il était tout seul et il a perdu. Ma conviction profonde, c’est qu’il faut rassembler tous ceux qui veulent préserver la civilisation française menacée de mort.”

1. L’un des plus célèbres dissidents du régime soviétique durant les années 1970 et 1980.

Var Matin