Erik Le Rouge, les vikings à l’assaut des mers

Tableau d’Edward Moran représentant une flotte de navires vikings ©Getty – Edward Moran (1829–1901) / Bettmann collection / Getty Images
L’émission

Résumé

Explorateur norvégien charismatique et violent, Erik Le Rouge est le premier viking à jeter l’ancre au Groenland. Comment les vikings ont-ils réussi à s’implanter dans les régions du Nord de l’Atlantique à la fin du VIIIe siècle et à découvrir l’Amérique au Xe siècle ?

En savoir plus

En 1807, alors que Napoléon Ier règne en France, François-Joseph Goffaux, professeur de poésie latine au Prytanée français, publie Époques principales de l’histoire, pour servir de précis explicatif au Tableau chronométrique, indiquant l’origine, les progrès, la durée et la chute des empires (un sujet qui a de quoi plaire à Napoléon). Nous y apprenons qu’en l’an 982“le Groenland fut découvert par Éric Le Rouge, et ceux qui l’avaient suivi d’Islande. En l’an 1003, le Vinland ou Winland, partie plus méridionale de l’Amérique septentrionale que le Groenland, fut découvert par un des fils d’Éric Le Rouge”. Le Vinland est le Labrador actuel et voilà bien longtemps que nous savons que les Scandinaves se sont rendus en Amérique. Qui sont les vikings ? Que veut dire drakkar ? Comment expliquer leur folle aventure maritime ? La saga peut commencer !

Les sagas islandaises, sources d’histoire

Les aventures du violent et charismatique chef norvégien Erik Thorvaldsson, surnommé “Le Rouge“, nous sont connues par des sagas islandaises, la Saga d’Erik le Rouge et la Saga des Groenlandais, couchées à l’écrit par des auteurs chrétiens du XIIIe siècle. “Pendant longtemps, ces sagas ont été laissées de côté car elles étaient considérées comme des légendes, des récits plus ou moins mythifiés. Ce sont vraiment les découvertes archéologiques du XXe siècle qui ont permis de ressortir ces sagas du tiroir et de les considérer d’un point de vue historique. La difficulté, c’est que les sagas ont été publiées quatre siècles après les événements. Des générations ont passé entre-temps et l’on a beaucoup de mal à discerner ce qui relève de la transmission orale de ce qui s’est transmis de génération en génération sur plusieurs siècles et qui remonte à l’époque dite viking au Xe siècle“, précise l’historienne Lucie Malbos.

Cap sur l’Islande, le Groenland et l’Amérique

Depuis quelques décennies, les voyages vers l’Islande, le Groenland, puis vers l’embouchure du Saint-Laurent de ce navigateur viking et de ses compagnons ont été confirmés par l’archéologie, attestant que des Scandinaves ont bien abordé l’Amérique au Xe siècle, bien avant Christophe Colomb.

“Erik Le Rouge est un homme originaire de Norvège, il a quitté son pays avec son père parce qu’il avait commis des meurtres. Il s’est ensuite installé en Islande, a de nouveau commis des meurtres. À cette époque, il y a des gens qui partent non pas parce qu’ils sont expulsés, mais parce que leur capital d’honneur est diminué par leurs actions. Les gens partent aussi en quête de terres, non pas parce qu’il en manquerait, mais parce qu’il y a sans doute des hommes qui font un pari à un moment de leur vie”, explique l’historien Stéphane Coviaux“Il y a aussi la possibilité, comme pour le Groenland par exemple, que l’on cherche des ressources à intégrer dans les circuits du commerce, notamment l’ivoire de morse.”

De nombreuses interrogations subsistent, pourtant. Pourquoi des vikings du haut Moyen Âge ont-ils décidé de mettre le cap à l’ouest et de partir en haute mer, bravant les eaux de l’océan Atlantique à la recherche de nouvelles terres ? Quels instruments, quelles connaissances avaient-ils à leur disposition ? Quelles étapes firent-ils jusqu’à leur installation au Groenland, la “Terre verte”, puis au Vinland, le “Pays des vignes” ? Surtout, que sait-on d’Erik, de sa femme Thjóðhild, et de ses descendants ?

France Culture