Espace : la NASA décide de débaptiser des galaxies au nom de l’égalité raciale

Temps de lecture : 2 minutes

La NASA a annoncé, dans les derniers jours, qu’elle révisera son catalogue de surnoms donnés à des galaxies et autres objets stellaires en vue d’expurger tous les termes qui pourraient avoir une connotation raciste ou coloniale.

Au fil des décennies, les astronomes ont pris l’habitude de donner des surnoms à divers objets célestes – habituellement désignés par des codes de chiffres et de lettres incompréhensibles du grand public – afin de les rendre plus présentables. C’est ainsi que, par exemple, la galaxie UGC 10214 a été surnommée la galaxie du Têtard ou que l’objet Barnard 33 est mieux connu comme étant la nébuleuse de la Tête de Cheval, en raison de leur forme particulière respective.

D’autres surnoms adoptés par la NASA sont toutefois bien moins anodins et seront abandonnés par les scientifiques, a annoncé l’agence américaine en donnant en exemple la nébuleuse NGC 2392, surnommée la nébuleuse de l’Eskimo, un terme imposé pour désigner les peuples autochtones de l’Arctique chargé d’un historique raciste et colonialiste.

Les Eskimos d’Edmonton, dans la Ligue canadienne de football (LCF), ont d’ailleurs abandonné leur nom le mois dernier, cédant à la pression du public et de commanditaires.

Les galaxies NGC 4567 et NGC 4568, connues sous le surnom des galaxies jumelles siamoises, subiront le même sort que la nébuleuse de l’Eskimo, a précisé la NASA en parlant d’une «première étape» pour faire le ménage dans son catalogue de surnoms.

Tous les objets stellaires arborant des surnoms inappropriés seront désormais uniquement désignés sous leur appellation officielle, a précisé l’agence spatiale américaine.

«Notre but est que tous les noms s’alignent sur nos valeurs de diversité et d’inclusion, et nous travaillerons activement avec la communauté scientifique pour nous en assurer. La science est pour tous et chaque facette de notre travail doit refléter cela», a expliqué par communiqué le directeur scientifique de la NASA, Thomas Zurbuchen.

Des experts sur les questions de la diversité et de l’inclusion donneront un coup de pouce à la NASA pour élaguer son catalogue de surnoms d’objets stellaires, a-t-on précisé.

TVA Nouvelles