Espagne : John McAfee, créateur du célèbre logiciel antivirus éponyme, retrouvé mort dans sa cellule de prison

L’entrepreneur technologique excentrique John McAfee a été retrouvé mort dans une prison de Barcelone, mercredi soir, alors que la Haute cour espagnole venait d’autoriser son extradition vers les États-Unis.

Le fondateur de l’antivirus McAfee, John McAfee, a été retrouvé mort cet après-midi dans la prison de Brians 2, à Sant Esteve de Sesrovires (Barcelone). Les responsables de la prison l’ont retrouvé pendu, selon des sources policières, qui soulignent qu’ils traitent l’événement comme un suicide […].

McAfee, 75 ans, a été admis au module 1 du centre pénitentiaire de Brians 2. Les professionnels de la surveillance pénitentiaire, qui l’ont trouvé mort dans la cellule, et les services médicaux de la prison sont intervenus pour pratiquer des manœuvres de réanimation, selon le ministère de la Justice, mais n’ont pas pu lui sauver la vie. L’homme d’affaires était incarcéré dans la prison catalane depuis huit mois.

Le fondateur controversé de l’antivirus a été arrêté le 3 octobre 2020 à l’aéroport d’El Prat, alors qu’il s’apprêtait à prendre un avion pour la Turquie. L’arrestation a eu lieu à la demande de la justice américaine, qui accuse McAfee d’avoir échappé à des millions de dollars d’impôts grâce à des bénéfices prétendument réalisés dans le cadre d’activités telles que le commerce de crypto-monnaies. Le juge de la Cour nationale Jose de la Mata a ordonné son emprisonnement, et il était déjà prévu qu’il soit extradé vers les États-Unis, où il craignait de passer le reste de sa vie incarcéré.

La Cour nationale avait donné son feu vert à l’extradition du magnat, comme le rapporte cet après-midi l’agence Efe. McAfee a été accusé d’évasion fiscale en 2016, 2017 et 2018 […].

Le tribunal a exclu que McAfee ait été persécuté pour des “questions politiques, idéologiques ou similaires”, car “au-delà des allégations verbales” du fondateur de l’antivirus, il n’avait été fourni “aucune preuve révélatrice” qu’il en était ainsi […]. Ces dernières années, McAfee a répété qu’il y avait un complot pour le faire tomber.

John McAfee a été arrêté suite à un avis d’Interpol, qui l’a inscrit sur sa liste des personnes les plus recherchées avec un code rouge, une priorité, à la demande des États-Unis. L’homme d’affaires a passé du temps à Tarragone. Après une enquête de la police nationale, les agents ont découvert qu’il s’était rendu en Allemagne, d’où il était revenu par un vol privé qui avait atterri à l’aéroport de Reus. Une photo qu’il a postée sur les réseaux sociaux a permis de le localiser dans la région. Dès lors, les agents ont concentré leurs efforts sur les aéroports espagnols, jusqu’à l’arrêter à El Prat, à Barcelone, à neuf heures et demie du matin, alors qu’il s’apprêtait à prendre un avion pour Istanbul. Le lendemain, 4 octobre, il a été emmené à la prison de Brians, où il a été retrouvé mort.

L’enquête du bureau du procureur américain affirme que McAfee a éludé des millions de dollars avec la promotion des crypto-monnaies et à partir de la vente des droits de publication de sa biographie entre 2014 et 2018. En outre, elle l’accuse également d’avoir acheté pour le compte de tiers d’autres biens, dont un yacht. Selon l’autorité américaine de régulation des marchés financiers, la Securities and Exchange Commission (SEC), l’homme d’affaires a utilisé Twitter pour promouvoir auprès de ses followers l’achat de crypto-monnaies sans prévenir qu’il gagnait de l’argent avec. Les opérations auraient permis d’empocher 23 millions de dollars (19,5 millions d’euros).

La vie de l’entrepreneur a toujours été entourée de controverses. Il a lui-même expliqué dans des interviews accordées aux médias américains qu’après avoir étudié les mathématiques à l’université et s’être consacré à la technologie, il était devenu toxicomane. Il a travaillé à New York, Londres, Los Angeles et Cincinnati. Il a passé un an au Mexique à parcourir le pays dans une camionnette, à vendre des bijoux et de la drogue, avant de se retrouver dans la Silicon Valley. En 2010, il avait vendu son entreprise à Intel pour près de 6 milliards d’euros.

Parmi les épisodes exotiques qui entourent sa carrière figure la mort en 2012 de son voisin au Belize, où McAfee vivait entouré de chiens, de gardes et de jeunes femmes. Le voisin était mort d’une balle dans la tête, et lorsque la police avait voulu interroger le fondateur de la société antivirus pour lui demander s’il savait quelque chose sur ce qui s’était passé, celui-ci avait pris la fuite. Il avait affirmé que les autorités l’accuseraient du crime ou même le tueraient si elles l’attrapaient.

Depuis 2011, il répétait de manière récurrente qu’il ne se sentait pas en sécurité et qu’il y avait un complot contre lui de la part du gouvernement américain. Au cours de sa vie, il a été arrêté à plusieurs reprises. Avant cela en Espagne, en 2019, il a été arrêté en République dominicaine lorsque son bateau avait accosté dans le pays et qu’y avaient été trouvés des armes, des munitions et de l’argent liquide […].

McAfee était l’un des amis du magnat Jeffrey Epstein, accusé de trafic sexuel, qui a remis en question son suicide dans sa cellule de prison. Epstein avait été retrouvé pendu dans une prison de haute sécurité, et une autopsie avait confirmé qu’il s’agissait d’un suicide. Le 15 octobre 2020, alors incarcéré, McAfee avait tweeté : “Je suis satisfait ici. J’ai des amis. La nourriture est bonne. Tout va bien. Sachez que si je me pends, style Epstein, ce ne sera pas ma faute.”

El Pais