Espagne : Le candidat Serigne Mbaye (Podemos), ex-clandestin Sénégalais, se présente aux élections régionales car “Madrid est très diversifié mais très raciste”

Serigne Mbaye veut non seulement lutter contre ce qu’il considère comme un «racisme structurel» contre les migrants africains, mais aussi défier une histoire de sous-représentation de la communauté noire et des autres personnes de couleur dans la politique espagnole.

Deux jeunes hommes sénégalais se sont rencontrés sur un bateau de migrants à destination de l’Europe en 2006, une année qui a vu un afflux record d’Africains vers les îles Canaries en Espagne. Depuis lors, l’un est mort d’une crise cardiaque en fuyant la police espagnole et l’autre se présente mardi à une élection polarisée pour un siège à l’assemblée régionale de Madrid.

«C’est là que commence toute discrimination», a déclaré le jeune homme de 45 ans. En 2018, n’ayant pas réussi à obtenir un travail légal et un permis de séjour, l’homme qu’il a rencontré sur le bateau – Mame Mbaye, aucun parent – est décédé d’une crise cardiaque échappant à la répression policière des vendeurs de rue.

Après cela, Serigne Mbaye, qui représentait à l’époque un groupe de colporteurs principalement noirs africains, est devenu l’une des voix les plus vives contre la loi espagnole sur les étrangers, affirmant qu’elle lie les migrants arrivant illégalement à l’économie souterraine. Le règlement les punit également de prison pour avoir commis des infractions mineures, leur laissant un casier judiciaire qui pèse sur leurs chances d’obtenir un permis de séjour.

«Son image de nuit quand nous étions sur le bateau me hante toujours», a déclaré Serigne Mbaye, aujourd’hui citoyen espagnol. «Le seul fait qu’il soit mort et que je sois en vie est dû à une loi injuste qui nous condamne et nous punit. Certains d’entre nous y parviennent. Certains peuvent passer 20 ans dans un cercle vicieux sans papiers. »

Mbaye court sur un ticket avec le parti anti-austérité United We Can, le partenaire junior de la coalition dirigée par les socialistes au pouvoir.

Seule une poignée de Noirs ont réussi au plus haut niveau de la politique espagnole. Née en Guinée équatoriale, Rita Bosaho, aujourd’hui directrice de la diversité raciale et ethnique au ministère espagnol de l’Égalité, est devenue en 2015 la première législatrice nationale noire en quatre décennies de régime démocratique. Luc André Diouf, qui a également émigré du Sénégal, a également remporté un siège à la Chambre basse d’Espagne en 2019.

À un niveau régional inférieur, Mbaye veut montrer que «Madrid est diversifiée».

«Qu’une personne noire soit inscrite sur les listes en a surpris beaucoup. De cette façon, cela fait réfléchir beaucoup de gens », a-t-il déclaré.

Vox, le parti d’extrême droite de plus en plus influent du pays, a répondu à la candidature de Mbaye avec un post Instagram promettant de l’expulser, même si cela est impossible car le candidat d’extrême gauche est un citoyen espagnol. Avec son mélange de patriotisme et de provocation populiste, Vox est devenu la troisième force du parlement national et pourrait devenir le faiseur de roi lors des élections du 4 mai à Madrid.

«Ils disent essentiellement que parce que je suis noir, il n’y a pas de place pour moi ici», a déclaré Mbaye. «Ce sont les types de messages qui nous criminalisent et que nous continuons de recevoir.»

Vox a également fait des vagues avec de grandes annonces dans le métro citant des chiffres inexacts comparant les dépenses publiques alléguées de Madrid pour les mineurs étrangers non accompagnés à l’allocation moyenne présumée d’un retraité. Le parti blâme les mineurs – un total de 269 personnes dans la région de 6,7 millions d’habitants – pour une insécurité accrue.

Les juges ont statué que les panneaux d’affichage relèvent de la liberté d’expression. Mais lorsque Vox est accusé par des opposants d’être raciste, le parti affirme que sa croisade est uniquement contre la migration illégale et qu’un parti raciste n’aurait pas de porte-parole métis au parlement régional du nord-est de la Catalogne. C’est Rafael Garriga, un dentiste d’origine belge et équato-guinéenne.

«En s’entourant de ce qu’ils considèrent comme une sorte de respectabilité, ils essaient de légitimer un discours clairement raciste sans franchir certaines limites légales», a déclaré Antumi Toasijé, un historien qui dirige le Conseil national contre la discrimination ethnique et raciale.

L’ascension de l’extrême droite et la polarisation des médias sociaux ont normalisé le discours de haine en Espagne, a-t-il déclaré.

Le mouvement Black Lives Matter a mené l’année dernière à certaines des plus grandes manifestations contre le racisme en Espagne. Mais si beaucoup ont condamné le meurtre de citoyens noirs par la police aux États-Unis, peu ont réfléchi au racisme domestique ou à l’histoire du colonialisme, de l’esclavage en Espagne et, selon Toasijé, à «une longue tradition de tentatives de nettoyage ethnique».

Dans un pays où le recensement ne pose aucune question sur la race ou l’appartenance ethnique, comme dans une grande partie de l’Europe, une étude gouvernementale récente a estimé le nombre de Noirs en Espagne à un peu plus de 700 000.

Pour rappel, avant d’obtenir la nationalité espagnole, Serigne Mbaye a d’abord été vendeur à la sauvette. Il est aujourd’hui membre du syndicat des “Manteros” (vendeurs à la sauvette en Espagne) et membre de l’Association des Sans-Papiers. Serigne est également actionnaire d’une coopérative agroécologique qui a ouvert le premier restaurant agroécologique à Madrid.

La propre estimation de Toasijé élève ce chiffre à au moins 1,3 million de Noirs «visiblement», y compris des Africains subsahariens, des Latino-américains noirs et des Afro-descendants nés en Espagne. Ce serait 2,7% de la population, ou au moins neuf législateurs noirs si le Congrès des députés de 350 sièges reflétait la diversité du pays. Il y a actuellement un législateur noir.

Pourtant, les quotas ou autres mesures qui aideraient à lutter contre les inégalités raciales ne font même pas partie du débat, a déclaré Toasijé.

Cette sous-représentation affecte également les Roms espagnols, une communauté de 700.000 personnes qui a remporté une victoire historique en 2019 en s’emparant de quatre sièges parlementaires, soit près de la part de 1,5% qu’elle représente dans la population totale. Mais l’un d’eux n’a pas réussi à conserver son siège lors d’une élection répétée.

La situation n’est pas meilleure pour les descendants d’Amérique latine ou de Marocains, qui représentent certains des plus grands groupes d’Espagnols non blancs, ou pour plus de 11% de résidents nés à l’étranger qui ne peuvent même pas se présenter aux élections régionales ou nationales.

Moha Gerehou, journaliste espagnol et militant contre le racisme, a déclaré que le «racisme structurel» était inhérent à la vie espagnole.

«Cela a beaucoup à voir avec l’éducation, car le principal goulot d’étranglement est l’accès aux universités, laissant des emplois mal payés et précaires comme le travail domestique ou la récolte, là où il y a une exploitation endémique», a-t-il déclaré.

À l’exception des personnalités du sport et de certains artistes, les personnes de couleur sont à peu près invisibles dans les cercles espagnols de haut niveau, des universités aux grandes entreprises, a déclaré Gerehou, qui vient de publier un livre sur le fait de grandir en tant que personne noire dans une capitale provinciale du nord de l’Espagne.

Sa description est celle d’un pays largement blanc qui se considère non raciste et accueillant pour les migrants, même lorsque de nombreuses études ont capturé une discrimination endémique contre les personnes de couleur, en particulier dans les emplois ou le logement.

«Le problème est que le débat sur la représentation raciale est toujours marginal», a déclaré Gerehou. «Nous devons aller beaucoup plus vite.»

De sans-papier clandestin à figure politico-médiatique de premier plan. En Espagne, Serigne Mbaye est mis sur un piédestal. Le ressortissant sénégalais qui a foulé le sol espagnol en 2006 au bout d’un périple de plusieurs jours en mer vient d’être promu à un poste qui risque de faire des jaloux. En effet, le Sénégalais, âgé de 45 ans, vient de rejoindre l’équipe du parti politique d’extrême-gauche, Unidas Podemos pour les prochaines élections autonomes de Madrid prévues ce 4 mai prochain.

L’annonce de cette nouvelle a été faite par Pablo Iglesias, secrétaire général du parti et qui a récemment démissionné de son poste de vice-président du gouvernement espagnol dirigé par le socialiste, Pedro Sanchez. Dans un message posté sur son compte Twitter, le leader de Podemos n’a pas caché sa joie d’avoir Serigne Mbaye à ses côtés pour faire barrage à Isabel Diaz-Ayuso, actuelle présidente de la Communauté de Madrid et membre du parti de droite, Parti Populaire (PP).

“Merci Serigne Mbaye”

“Nous continuons à nous élargir. Merci Serigne Mbaye pour ton exemple et ton engagement. C’est une fierté que tu représentes le Madrid de tous et de toutes”, peut-on lire dans le message de Pablo Iglesias.

Pour les dirigeants du parti Unidas Podemos, le recrutement de Serigne est crucial pour mettre au devant de la scène médiatique le racisme et la stigmatisation dont sont victimes les étrangers en Espagne et particulièrement les sans-papiers subsahariens qui, pour survivre, sont obligés de se livrer à la vente à la sauvette dans les grandes villes espagnoles.

“Les gens ont besoin d’une vie digne”

Conscient des enjeux du moment, Serigne Mbaye, devenu citoyen espagnol depuis un certain temps, n’a pas manqué d’exploiter cette immense opportunité qui lui a été offerte pour appeler les habitants de Madrid à voter le 4 mai. “Le 4 mai, c’est le jour (de vote, ndlr). Il faut aller voter afin de voir le vrai changement de Madrid”, a-t-il lancé dans une vidéo postée sur son compte Twitter officiel.

Dans la même vidéo, il a tenu à expliquer les raisons qui l’ont poussé à rejoindre la liste d’Unidas Podemos. “J’ai décidé de rejoindre la liste d’Unidas Podemos parce qu’ils me l’ont proposé. Et c’est une opportunité de pouvoir être là où se décident les choses, pouvoir défendre les droits des gens, aussi bien sur le plan social que politique. Les gens ont besoin d’une vie digne”, a-t-il déclaré.

‘L’extrême-droite espagnole menace de le déporter”

L’intégration de Serigne Mbaye dans la liste d’Unidas Podemos semble ne pas plaire à tous. Car, peu après l’annonce de cette nouvelle, le parti d’extrême-droite, VOX, (qui a fait de la lutte contre l’immigration clandestine le fer de lance de sa politique nationale) a menacé de le déporter une fois arrivé au pouvoir

Le Courrier du Soir