Espagne : Le migrant sénégalais Elhadji Diouf est désormais un maître de la paëlla

Arrivé en Espagne par bateau, Elhadji Diouf a gravi les échelons de la restauration jusqu’à devenir le chef d’un restaurant de plage populaire en Murcie, une région qui a récemment été secouée par un meurtre raciste. La femme et la fille de cet homme de 36 ans sont au Maroc, mais il espère que sa famille pourra bientôt être réunie.

Elhadji Diouf termine le dernier plat de paëlla qu’il prépare aujourd’hui. Plus connu sous le nom d'”Ali” par ses collègues – grâce à son habileté à préparer l’aïoli, une mayonnaise à l’ail -, ce Sénégalais de 36 ans est aujourd’hui un maître de la paëlla dans l’un des restaurants les plus réputés de Mazarrón, dans la région de Murcie, au sud-est de l’Espagne.

Pêcheur de métier dans son pays d’origine, Diouf explique au reste de l’équipe du restaurant Bangalore où il travaille comment il est arrivé en Espagne en tant que migrant en 2012. Depuis qu’il a débarqué sur les côtes de la ville nord-africaine de Melilla, en Espagne, il a gravi les échelons pour devenir le chef chargé de préparer les paëllas de ce chiringuito, ou bar de plage.

M. Diouf a rendu visite à sa femme au Maroc juste avant la pandémie et est rentré en Espagne sans savoir qu’elle était enceinte. En raison des restrictions liées au coronavirus dans ce pays, il n’a pas encore pu rencontrer sa petite fille. Il a maintenant entamé la procédure de regroupement familial dans l’espoir de les faire venir en Espagne.

La région de Murcie a connu plusieurs épisodes racistes ces dernières semaines, en plein discours du parti politique d’extrême droite Vox, qui a été le groupe le plus voté dans la région lors des dernières élections générales en Espagne. L’une de ces attaques a eu lieu à Mazarrón, où M. Diouf vit et travaille. Le 13 juin, le Marocain Younes Bilal a été tué par un ancien soldat, qui a crié des insultes racistes à sa victime avant de l’abattre.

Le chef sénégalais Diouf et la victime vivaient dans la même rue, et se connaissaient “très bien”, explique Diouf.

Le spécialiste de la paëlla est arrivé à Melilla sur un bateau avec une dizaine d’autres personnes. En 2020, l’arrivée de ressortissants sénégalais sur les côtes espagnoles a augmenté. Cela était dû à une réouverture de la route migratoire des îles Canaries, causée par des facteurs tels que le manque de pêche et l’effet de la pandémie.

Les migrants sénégalais ont fini par être la deuxième nationalité en termes d’arrivées sur les îles, après les Marocains. La crise migratoire devrait s’aggraver cet été. Au cours des deux dernières semaines de juin, plus de 1.100 personnes sont arrivées sur les côtes des Canaries, selon les données de la Croix-Rouge.

El Pais