Espagne : Le périple des migrants africains vers les Canaries, porte d’accès à l’Europe

Depuis qu’ils sont arrivés aux Canaries, en Espagne, Mohamed et Soumaila ne se quittent plus. Les jeunes hommes de 22 ans ont fui la guerre au Mali, puis se sont rencontrés dans la barque où ils sont restés pendant quatre longs jours et trois nuits sur un océan déchaîné. “Il y avait des bâches sur nous, se souvient Soumailia Diarra, migrant malien. On ne voyait rien. Je pensais qu’on allait mourir”

La route des Canaries est l’une des plus dangereuses au monde : depuis le début de l’année 2020, 500 personnes y ont perdu la vie. “Les difficultés que j’ai vécues en mer, vraiment, ce n’était pas facile”, raconte Soumaila. 

Comme leurs compagnons d’infortune venus d’Afrique, Mohamed et lui ont pris place à bord de pirogues surchargées avant de passer huit jours entassés dans un petit port de pêche, à dormir par terre. Des conditions inhumaines qu’Onalia Bueno, la maire de Mogán, dans l’île de Gran Canaria, déplore. “Les conditions minimum d’hygiène ne sont pas réunies”, dénonce-t-elle. Les migrants peuvent se laver une fois par semaine, s’ils ont de la chance.