Essarts-en-Bocage (85) : « Retourne bouffer tes bananes et laisse-nous tranquille », des délégués CGT dénoncent le racisme dans une entreprise de transports

En Vendée, deux syndicalistes de l’entreprise Stef Transports des Essarts-en-Bocage sont en litige avec leur direction. Ils ont dénoncé des faits de racisme dont certains salariés seraient victimes et ont fait l’objet d’une procédure de licenciement, refusée par l’inspection du travail.

Les deux syndicalistes estiment qu’ils ne peuvent pas revenir dans leur entreprise aujourd’hui

Sale ambiance dans une entreprise des Essarts-en-Bocage, en Vendée. Stef transports, leader européen du transport frigorifique, fait l’objet d’une action en justice lancée par deux représentants de la CGT pour des faits de racisme. Les deux syndicalistes, qui dénoncent des propos déplacés de certains collègues envers d’autres salariés, ont eux-mêmes fait l’objet d’une procédure de licenciement. La direction leur reproche d’avoir tenu à son égard des propos un peu trop musclés. L’inspection du travail a refusé de valider ces licenciements, en invoquant l’inaction de l’entreprise face au racisme. 

Des craintes pour leur sécurité

Mais quand les deux hommes ont voulu reprendre le travail, le 10 septembre, ils ont été accueillis par des cris haineux, voire insultants, de la part d’autres salariés. Depuis, ils estiment que leur sécurité n’est pas garantie et ne veulent pas reprendre le travail tant que l’entreprise n’aura pas fait en sorte de calmer les esprits. C’est la raison pour laquelle ils ont saisi la justice, indique l’un d’eux, Yoann Jadaud : “On a été obligé de se mettre en arrêt de travail. C’est même ce que nous a demandé l’inspection du travail, parce que la direction n’est pas prête à prendre des mesures pour nous accueillir dans des conditions normales”.  L’affaire sera jugé le 16 novembre par le tribunal de La Roche-sur-Yon.  

Retourne bouffer tes bananes !”

Sur le fond, les deux représentants syndicaux confirment qu’il y a du racisme dans l’entreprise et que la direction ne fait rien pour l’empêcher. Mehdi Khechirem, délégué CGT, explique en avoir fait les frais lui-même, et a plusieurs exemples qui ont touché des salariés noirs ou d’origine maghrébine : “Un intérimaire d’origine martiniquaise, on lui a dit : nous fait pas chier, retourne bouffer tes bananes et laisse nous tranquille. Ce salarié a remonté l’info à son responsable, et il ne s’est rien passé”. 

Une pétition en ligne

La direction de Stef Transports Vendée n’a pas souhaité répondre à nos questions. Elle s’est contentée d’un communiqué dans lequel elle dit condamner toute forme de racisme. Elle conteste le fait que les deux syndicalistes aient subi des violences. Un collectif de politiques et journalistes a lancé une pétition en ligne. Celle-ci a recueilli à ce jour plus de 15.000 signatures, dont celle du député et leader de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon.

France Bleu