États-Unis : Des profs manifestent pour des programmes scolaires antiracistes

Des milliers d’enseignants américains sont descendus dans la rue pour protester contre de nouvelles législations visant à encadrer l’enseignement de l’histoire à l’école. En ligne de mire : l’interdiction d’avoir recours aux théories antiracistes pour évoquer le passé esclavagiste des États-Unis.

“Nous soussignés enseignants, refusons de mentir aux jeunes sur l’Histoire des États-Unis et sur les événements récents, quelle que soit la loi à ce sujet.” Ce week-end, plusieurs milliers d’enseignants ont manifesté contre de nouvelles propositions de lois qui, selon eux, limitent l’étude du racisme et de ses conséquences, à l’école. Lancée par le mouvement antiraciste Black Lives Matter at School et le Zinn Education Project, une association de sensibilisation à l’histoire des minorités, l’initiative a été relayée dans plus de 30 villes américaines.

“Des lois ont vu le jour dans plusieurs États, dont le Texas, l’Idaho, l’Arkansas, l’Iowa, la Louisiane, le New Hampshire, l’Oklahoma, Rhode Island, la Virginie-Occidentale, l’Arizona et la Caroline du Nord, depuis le meurtre de George Floyd dans le Minnesota, suite à une hausse du nombre d’enseignants consacrant des leçons au racisme systémique”. Elles interdisent l’enseignement de la théorie critique de la race, selon laquelle le racisme est présent dans le fonctionnement même des institutions américaines.

Certaines législations limitent plus largement les cours qui s’intéressent à l’histoire des populations les plus marginalisées du pays.Pour les professeurs en grève, ces nouvelles législations portent atteinte à la qualité de leur enseignement, mais aussi à leur liberté d’expression. D’après eux, ces mesures font déjà effet sur le corps enseignant, qui s’autocensure sur les questions liées au racisme et aux privilèges. Certains manifestants se sont engagés à ne pas obéir au nouveau cadre légal.

Éduquer au patriotisme

Il s’agit simplement du dernier épisode d’une longue, très longue tradition ancrée chez les républicains, qui considèrent de manière obsessionnelle le système éducatif comme un moyen de faire progresser le conservatisme réactionnaire”, assure le magazine de gauche. En début d’année, une commission d’experts mandatée par Donald Trump a plaidé, dans un rapport controversé, en faveur d’une “éducation au patriotisme” dans les écoles américaines.

L’ancien locataire de la Maison-Blanche a par ailleurs accusé les enseignants de colporter des “mensonges” et d’insulter les pères fondateurs, lors de leurs cours sur le passé esclavagiste des États-Unis.“Et les conservateurs sont prêts à payer [pour faire avancer leurs idées]”, qui s’intéresse particulièrement au 1776 Project PAC. Ce nouveau comité d’action politique conservateur récolte des fonds pour soutenir les initiatives et les militants opposés à l’enseignement des théories antiracistes à l’école.

Ils accusent les enseignants qui tentent d’aborder sans détour les questions raciales d’être trop politiques et d’engendrer des divisions parmi les enfants. Comme si la façon dont nous enseignons actuellement le racisme aux États-Unis, souvent en escamotant certains éléments du sujet, n’était pas déjà extrêmement politique…”

Mother Jones