États-Unis : Élection présidentielle, la mort de la juge Ruth Bader Ginsburg, marque un tournant positif pour Trump

Temps de lecture : 2 minutes

La nouvelle est tombée dans la nuit de vendredi à samedi : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême des États-Unis, est morte à 87 ans du cancer du pancréas contre lequel elle se battait depuis déjà quelques années. L’annonce de son décès est un tournant majeur dans cette campagne présidentielle et une violente bataille débute.

Véritable icône de la gauche américaine

Nommée juge à la Cour Suprême des États-Unis en 1993 par le président démocrate Bill Clinton, elle est seulement la deuxième femme à occuper cette prestigieuse fonction. Durant toutes ces années au sein de la plus importante institution judiciaire, elle défend avec force les droits des femmes, notamment le droit à l’avortement, et l’égalité des sexes. Elle prend aussi des positions fortes concernant l’immigration ou encore le mariage homosexuel.

Au cours des dernières années, Ruth Bader Ginsburg devient l’idole des jeunes générations de militants progressistes. RBG de son surnom, entre dans la culture populaire. Des documentaires lui sont consacrés ainsi qu’un biopic. Elle joue aussi avec cette popularité en se mettant en scène lors de séances de sport ou en portant des pulls «Super Diva». Pour beaucoup de militants démocrates, c’est une figure maternelle qui quitte leur vie et qui les protégeait jusque là des assauts des conservateurs et du Parti Républicain.

Le début d’une violente bataille politique

À peine sa mort annoncée, les hommages pleuvent de toutes parts, de Barack Obama à Donald Trump en passant par des millions d’anonymes et les stars d’Hollywood. Pourtant, en coulisse, sa succession se prépare. Les juges de la Cour Suprême sont 9, nommés à vie et statuent sur les affaires les plus importantes.

Leurs décisions ont des répercussions importantes sur la vie des américains. Chaque juge a une couleur politique : démocrate ou républicain selon le président en place lors de leur nomination. Elle est donc aussi en quelque sorte une institution politique, d’où l’importance pour chaque camp de pouvoir nommer les juges. Actuellement les conservateurs ont la majorité à 5 contre 4.

Dans le cas présent, le remplacement de RBG à moins de 50 jours de l’élection présidentielle est un enjeu national. La coutume voudrait que l’on attende l’élection pour cela. Le Parti Républicain ne l’entend cependant pas de cette oreille et compte pouvoir mener à bien ce projet avant la fin du premier mandat de Donald Trump au cas où ce dernier soit défait en novembre prochain.

Cela permettrait de faire basculer la Cour définitivement dans le camp conservateur avec une majorité 6 à 3 pour plusieurs années, voir décennies. Les démocrates s’y opposent fortement, particulièrement Joe Biden à qui pourrait revenir ce droit dans quelques mois s’il venait à l’emporter.

Alors que le pays perd une figure importante avec le décès de Ruth Bader Ginsburg, l’élection présidentielle prend un nouveau tournant. À moins de 50 jours de l’élection présidentielle et 4 mois de l’accession au pouvoir du futur président, Donald Trump et le Parti Républicain réussiront-ils ce coup politique ? Une partie du futur des États-Unis se joue actuellement sous nos yeux.

Media à Venir

2 Commentaires

  1. « Dans le cas présent, le remplacement de RBG à moins de 50 jours de l’élection présidentielle est un enjeu national. La coutume voudrait que l’on attende l’élection pour cela. Le Parti Républicain ne l’entend cependant pas de cette oreille et compte pouvoir mener à bien ce projet avant la fin du premier mandat de Donald Trump au cas où ce dernier soit défait en novembre prochain. »

    A priori non:

    « Cela peut avoir l’apparence d’une certaine réalité. Ca n’en est pas :
    Vingt-neuf fois dans l’histoire américaine, il y a eu une vacance à la Cour suprême au cours d’une année d’élection présidentielle, ou juste avant la prochaine élection présidentielle.
    Le président a nommé un SCOTUS dans les vingt-neuf cas. »

    https://www.dreuz.info/2020/09/19/la-danse-des-hypocrites-autour-du-cercueil-de-ruth-bader-ginsburg-et-le-combat-pour-la-cour-supreme/

Les commentaires sont fermés.