États-Unis : Explosion du “phénomène de mode” des enfants et des ados transgenres

Dans un livre, Irreversible Damage, Abigail Shrier, journaliste américaine au Wall Street Journal, parle de « contagion sociale » à propos de jeunes adolescentes, essentiellement des filles, qui « décident de commencer une transition ». Un « phénomène de mode » inquiétant, « toute procédure médicale inutile » constituant « un dommage irréversible ».

Depuis 2007, les Etats-Unis sont passés de « deux cliniques de genre à bien plus de 50 ». Entre 2016 et 2017, « le nombre de chirurgies de genre sur des personnes nées femmes a quadruplé aux États-Unis ». La dysphorie de genre touche « seulement 0,01% de la population américaine », mais « en 2018, 2% des lycéens américains disaient être transgenres ». Pour la majorité, ce sont des femmes.

Pourtant, explique la journaliste, « la dysphorie de genre traditionnelle commence dans la petite enfance et a toujours été, dans une très large majorité, ressentie par des hommes ». Elle déplore un effet d’entrainement lié au mode de fonctionnement des amitiés féminines qui « s’encouragent dans leur dystrophie, se poussant mutuellement aux hormones et aux chirurgies ». Un phénomène amplifié par les réseaux sociaux. « N’importe quel symptôme d’échec à être parfaitement féminine signifie qu’une fille est probablement transgenre ».

Il semble que ces questions ne puissent faire l’objet de critiques, des gens sont « trainés dans la boue » pour avoir affirmé la différence entre les sexes avec des « conséquences terribles ». En Californie, des hommes biologiques violents sont incarcérés en prison de femmes en grave « violation des femmes détenues » contraintes de vivre avec eux « dans des quartiers confinés ». Ce qui constitue une « punition cruelle et inhabituelle ».

Qu’il s’agisse d’une déclaration ou d’une question, le titre de ce livre exprime l’urgence nécessaire de cette histoire désespérément triste. Au milieu du débat trans, apparemment une bataille entre adultes matures, les enfants vulnérables sont la proie d’une idéologie malveillante que les survivants appellent une secte.

Dans un superbe effort de journalisme d’investigation, Abigail Shrier se concentre sur des adolescentes, la plupart sans antécédents de dysphorie de genre, qui deviennent captivées par la conviction qu’elles sont transgenres. Derrière l’extérieur alléchant et glamour dépeint dans les médias, elle rencontre des enfants traumatisés, dont beaucoup sont éloignés de leur famille, en mauvaise santé mentale et confrontés à la perspective de l’infertilité et de la prise de médicaments à vie.

Shrier, journaliste du Wall Street Journal, ne cache aucun détail sordide dans la description de la phalloplastie, la construction d’un pénis artificiel. Les complications peuvent être horribles. Elle rapporte l’expérience d’un adolescent de 19 ans « dont la phalloplastie a entraîné une gangrène et la perte de l’appendice. » À l’aube de l’âge adulte, ce jeune s’est retrouvé sans organes génitaux normaux, que ce soit de l’un ou l’autre sexe, et branché à un cathéter. […]

Pourtant, des enfants que la loi juge trop jeunes pour donner leur consentement à un tatouage se retrouvent enfermés dans un processus qui les amène à prendre des décisions qui bouleverseront réellement leur vie.

Que vous soyez d’accord ou pas avec l’auteur, c’est un livre qui doit être lu. L’analyse éclairée de Shrier découle de dizaines d’entretiens, y compris avec des experts médicaux et des parents. Du Dr Kenneth Zucker, qui a supervisé la rédaction de la définition médicale de la « dysphorie de genre », aux familles ordinaires dont les enfants semblent avoir été entraînés par cette secte, Shrier s’adresse directement à ceux qui ont une expérience de première main.

Les faits sont clairs : une épidémie se répand parmi les adolescentes, qui se croient soudainement des garçons. Bien qu’il existe des antécédents documentés de jeunes garçons efféminés exprimant le désir d’être des filles, jamais auparavant les filles n’avaient dominé le travail des cliniques pédiatriques de genre. Les statistiques sont stupéfiantes. Au Royaume-Uni, par exemple, les consultations d’adolescentes ont augmenté de 4400% au cours de la dernière décennie.

Shrier a interrogé Lisa Littman, un médecin américain qui a mené une étude observationnelle et a constaté que près de 70% des adolescents appartenaient à un groupe de pairs dans lequel au moins un ami s’était également déclaré transgenre. Dans certains groupes, la plupart des amis l’avaient fait. L’identification transgenre était encouragée et intensifiée par les amis et les réseaux sociaux et, étonnamment, semblait précéder l’expérience de la dysphorie de genre elle-même.

Shrier explore les raisons possibles pour lesquelles ces filles, souvent issues de familles progressistes libérales, veulent devenir des fils. La première cause est les réseaux sociaux, où les enfants sont influencés par des étrangers, tandis que leurs parents sont maintenus à l’écart, ignorants de tout. La deuxième cause est le système éducatif où des adultes qui auraient dû être mieux avertis ont été captivés ou menacés par des militants transgenres. Ignorant à la fois la science et la protection la plus basique, ils ont adhéré à l’idée que nous avons tous une identité de genre immuable qui ne correspond pas forcément à notre sexe.

Avec une folie déroutante, les enfants traversent des périodes de transition dans leurs écoles, changeant de nom et de pronom. Si leurs parents risquent de ne pas les soutenir, ils ne sont pas informés dans les cas où leurs enfants ne se sentiraient pas « en sécurité ». Mais c’est quelque chose que tous les parents doivent savoir : ce phénomène se répand de plus en plus, et être prévenu, c’est être armé.

Mais rien n’aurait pu se produire sans la coopération des décideurs politiques, et pas seulement au sein du système éducatif. Les thérapeutes, ceux-là mêmes qui devraient aider les enfants à remettre en question leur réflexion, ont affirmé aveuglément tout ce que leurs jeunes patients ont trouvé sur Internet.

Quiconque s’est opposé à cela a fait l’objet de censures et de condamnations. Mais comme l’analyste jungienne Lisa Marchiano l’a expliqué, « Cette idée qu’un enfant va entrer dans notre cabinet, nous dire qu’il est trans, et qu’après, une, deux, trois ou quatre sessions, nous allons dire : ‘Oui, tu es trans. Je vais te faire une attestation’, ce n’est pas une thérapie. »

Même la profession médicale elle-même a été jugée insuffisante. Le sexologue éminent Dr Ray Blanchard a déclaré à Shrier que « je ne peux penser à aucune branche de la médecine en dehors de la chirurgie esthétique où le patient pose le diagnostic et prescrit le traitement. » Alors que les fanatiques qui croient réellement que les enfants peuvent changer de sexe sont peut-être minoritaires, les professionnels de l’éducation, de la thérapie et de la médecine qui restent silencieux sont complices de ce scandale contemporain.

Shrier loue le travail remarquable de groupes parentaux tels que 4thWaveNow et Transgender Trend qui ont résisté fermement à cette idéologie destructrice. Ils ont été condamnés comme bigots et transphobes pour avoir protégé les enfants d’eux-mêmes, le premier devoir des parents depuis la nuit des temps.

Le livre est bien référencé et facile à lire, ce qui le rend adapté à un large public. Le public le plus évident est celui des parents soucieux du bien-être de leurs filles. Mais les enseignants, les thérapeutes et les médecins, dont certains restent silencieux par ignorance ou par peur, ont également besoin d’entendre ces histoires. Enfin, le grand public trouverait l’analyse de Shrier accessible, claire et éducative. Ceux qui ne sont que vaguement conscients de l’idéologie transgenre peuvent être tentés de penser que cela ne peut pas être vrai : des jeunes filles prenant des médicaments anticancéreux puissants pour arrêter la puberté, ou induire une ménopause artificielle. Mais cela se passe dans le monde entier, et Shrier le catalogue.

Le moment est venu pour la société de prendre ses responsabilités. Beaucoup de choses se sont passées secrètement, et le spectateur surpris peut avoir besoin de temps pour rattraper son retard, mais le livre de Shrier brosse l’arrière-plan, identifie les problèmes, explique l’impact et propose des moyens clairs et réalisables pour avancer de manière saine. C’est une lecture incontournable pour ceux qui ont des enfants, tous ceux qui travaillent avec des enfants et tous ceux qui se soucient d’eux.

Généthique