Etats-Unis : « Ils lui ont enseigné qu’en tant qu’homme noir, tout le monde est contre lui », une mère attaque en justice l’école de son fils métis

Une mère poursuit en justice l’école de son fils métis car l’enseignement de la théorie critique de la race aurait provoqué chez lui un changement radical dans ses comportements et ses perspectives Melissa Riley, une mère célibataire de Virginie, affirme que son fils, dont le père est afro-américain, n’avait jamais eu de « problèmes raciaux » jusqu’à ce que le district scolaire d’Albemarle n’ait introduit une politique « antiraciste ».

Riley raconte comment son fils a commencé à l’accuser, elle et d’autres personnes blanches, de « racisme » comme un moyen pour lui de fuir ses responsabilités, notamment en ce qui concerne les taches ménagères.

Nous n’avions pas de problèmes auparavant. », a déclaré Riley. « Il se considère désormais uniquement comme un homme noir. Il voit des choses qui ne vont pas dans son sens comme étant du racisme.”

« Je lui ai demandé de nettoyer la maison, il a hurlé au ‘racisme’ »

Melissa Riley, de Charlottesville en Virginie, a déclaré que son fils de 13 ans ne s’était jamais considéré comme différent des autres élèves avant que le district scolaire d’Albemarle n’introduise un programme “antiraciste” dans son collège au printemps dernier. Elle a déclaré que c’est alors qu’il a commencé à penser en termes de race.

“Ils ont totalement changé sa perspective. Ils l’ont mis dans une case”, a-t-elle déclaré au sujet du programme de la Henley Middle School de Crozet, en Virginie.

Lorsqu’elle s’est adressée à l’école à ce sujet, Riley a déclaré que l’école lui avait dit que son fils pourrait devenir un “porte-parole noir de la communauté noire” dans l’école.

« Quand je leur ai dit que je ne pensais pas que ce serait approprié, ils m’ont dit que s’il n’était pas à l’aise avec les conversations, lui et d’autres enfants de couleur pourraient aller dans un endroit sûr pendant ces conversations », a-t-elle déclaré, affirmant que était la « ségrégation ».

Riley et son fils font partie des plaignants dans une action en justice intentée contre le conseil scolaire du comté d’Albemarle en décembre par l’Alliance Defending Freedom (ADF), rapportée par le New York Post.

Les avocats du cabinet juridique conservateur à but non lucratif allèguent que la politique et le programme « antiracisme » du district violent les clauses de protection égale et de liberté d’expression de la Constitution de Virginie et violent les droits parentaux.

Selon la gazette de Crozet, l’introduction de ce programme a divisé l’opinion, certains parents estimant que le CCAR présentait des similitudes avec la théorie critique de la race (TRC), qui est source de discorde et qui enseigne l’idée que le racisme est fondamentalement ancré dans les institutions politiques et sociales américaines.

Le média local a rapporté que le programme s’intitulait “Courageous Conversations About Race” (CCAR) – (Conversations courageuses à propos de la race) et avait été lancé sur plusieurs semaines en mai et juin de l’année dernière, couvrant quatre unités sur l’identité, la communauté, les préjugés, la discrimination et la justice sociale. Toutes ces unités mettaient l’accent sur l’antiracisme.

Bien que le conseil scolaire du comté d’Albemarle n’appelle pas le programme “CRT” (il utilise plutôt l’acronyme “CCAR”), la CRT est toujours à la base des programmes de formation et d’enseignement de l’antiracisme dans les écoles.

Dans tout le pays, les parents ont assisté en masse aux réunions des conseils scolaires pour protester contre l’introduction de la TRC dans les écoles de leurs enfants, arguant qu’un tel enseignement ne sert qu’à attiser davantage les divisions.

L’ADF, un cabinet d’avocats conservateur à but non lucratif, soutient que la politique antiraciste du district scolaire viole la constitution de la Virginie et les droits des parents. Le New York Post rapporte que l’action en justice de l’ADF a été rejetée le mois dernier par un juge de la cour, qui ne s’est pas opposé à la politique du district.

Dailymail