États-Unis : Les ventes d’armes à feu explosent à l’approche des élections

Temps de lecture : 2 minutes

Des zones rurales aux grandes métropoles, une frénésie d’achat d’armes s’est emparée des Américains. Les professionnels du secteur estiment que la conjonction de l’élection, de la pandémie et des manifestations antiracistes alimente un fort sentiment d’insécurité.

Après de quinze jours l’élection présidentielle aux États-Unis, les Américains se ruent sur les armes à feu. Des zones rurales aux grandes métropoles, une frénésie d’achat d’armes s’est emparée des Américains, reflétant une angoisse grandissante face au cumul de la pandémie, de violences très médiatisées et d’un climat politique hyper-tendu.

Ammo Inc, fabricant de munitions basé à Scottsdale dans l’Arizona, assure au Financial Times que ses revenus ont augmenté de 125% entre les mois de mars et juin. En banlieue de Jackson, dans le sud des États-Unis, Brenda Dumas pointe son pistolet flambant neuf vers une cible de carton dans la clairière de la Boondocks Firearms Academy.

Je veux être capable de me protéger“, explique cette femme blanche, qui vient d’acheter sa première arme. “Je me sens un peu moins en sécurité à cause de toutes les violences qu’on voit à la télévision“, avec lesquelles “je suis philosophiquement en désaccord“, assure-t-elle.

Depuis la mort de George Floyd, Afro-Américain tué par un policier blanc fin mai, les États-Unis sont traversés par une vague de contestation antiraciste qui a, parfois, entraîné des violences. Le président Donald Trump dénonce un chaos orchestré par l’extrême gauche et promet de rétablir “la loi et l’ordre” s’il remporte un second mandat le 3 novembre.

Les fusillades ont augmenté de 91% à New York en 2020

“Manifester est un droit, ces gens ne créent pas le chaos”, rétorque de son côté un Afro-Américain inscrit à la même formation de tir que la femme contre les manifestations. “Nous avons un président qui au lieu d’apaiser, fait de la surenchère“, regrette-t-il. Dans “cette période compliquée“, où des milices d’extrême droite ont par endroit défié les manifestants, lui aussi a jugé bon de compléter son arsenal avec une arme de poing, qu’il peut transporter sur lui, contrairement à ses fusils.

RTL

2 Commentaires

    • le plus gros problème c’est plutôt la mentalité d’assistés et son corollaire avec un légalisme ridicule. Nous sommes en Europe un des pays les plus armés, certes pas d’armes de poing ou fusils d’assaut, mais bcp d’armes de chasse bien suffisantes pour assurer la sécurité de son foyer et de sa famille.

      Non, le soucis vient de tous ces crétins qui demandent plus de police alors que celle-ci traque tous les contrevenants et autres pourfendeurs immodérés “des doigts de l’homme et de la fripouille ripoublicaine” tout ceci sous l’auspice de la magistrature rouge.

      Et comme disait l’autre, les gardiens de la paix, au lieu de la garder, ils feraient bien de nous la foutre…

Les commentaires sont fermés.