États-Unis : San Francisco va donner de nouveaux noms, “sans lien avec l’esclavage, l’oppression ou le racisme”, à un tiers de ses écoles

San Francisco fait le grand ménage dans ses écoles. Mardi 26 janvier, le conseil d’administration du système éducatif de la ville a décidé d’en débaptiser 44 – soit un bon tiers des établissements scolaires de la ville. Les familles et le personnel des écoles, collèges et lycées concernés auront jusqu’à mi-avril pour proposer un nouveau nom.

Parmi les 44 personnalités jugées “indignes” d’être associés au système éducatif de San Francisco, on trouve des présidents américains (dont Abraham Lincoln et George Washington), des conquistadors, des auteurs et même une sénatrice démocrate siégeant actuellement au Congrès (Dianne Feinstein, impliquée dans une polémique autour du drapeau confédéré).

D’après le quotidien californien, élus, parents d’élèves, élèves et anciens élèves se querellent depuis des mois “pour savoir si les lycées Lincoln et Washington, l’école élémentaire Dianne-Feinstein et des dizaines d’autres établissements avaient besoin de nouveaux noms sans lien avec l’esclavage, l’oppression ou le racisme”.

Les critiques ont qualifié le processus de coûteux, bâclé, avec peu ou pas d’apport des historiens et un manque d’information sur la base de chaque recommandation. Dans un cas, la commission ne savait même pas si le collège Roosevelt portait le nom de Theodore ou de Franklin Delano.

Les membres du conseil d’administration de l’école ont toutefois insisté sur le fait que le changement de nom est opportun et important, étant donné que le pays a un passé raciste. Ils ont fait valoir que le district est capable de poursuivre plusieurs priorités en même temps, répondant aux critiques qui disent que des questions plus urgentes méritent l’attention.

Dans certaines écoles, les familles ont plaidé pendant des années en faveur d’un changement de nom, notamment celles de la James Denman Middle School, qui porte le nom du premier directeur, un dirigeant raciste qui refusait aux élèves chinois une éducation publique. D’autres ont fait valoir que les noms actuels signifient que les élèves portent des sweat-shirts scolaires avec les noms des propriétaires d’esclaves, notamment Washington, Thomas Jefferson et James Madison. […]

San Francisco Chronicle