États-Unis : Un lycée de Portland retarde le changement de son emblème par crainte que le choix d’un arbre utilisé comme symbole puisse évoquer les lynchages des Noirs

L’adoption d’un nouveau symbole par le lycée Ida B. Wells-Barnett a été mise en attente, suite à des inquiétudes quant aux connotations potentielles de lynchage. Après avoir été rebaptisé plus tôt cette année, le lycée de Southwest Portland veut également se débarrasser de sa mascotte troyenne. Un comité composé d’étudiants, de membres du personnel et de la communauté avait suggéré les sempervirents comme nouvel emblème de l’école.

Les arbres à feuilles persistantes se caractérisent par la force vitale de leur feuillage, la solidité de leur tronc massif et la profondeur de leurs racines, qu’il s’agisse d’un arbre isolé ou d’une forêt d’arbres“, a rappelé Ellen Whatmore, enseignante et membre du comité du symbole du lycée Wells-Barnett, en lisant un communiqué. “Ils fournissent un abri et de la subsistance. Ils ont une histoire qui nous précède et qui se poursuivra à perpétuité après notre disparition.”

Mais juste avant le vote du conseil d’administration des écoles publiques de Portland pour approuver le nouvel emblème le mardi 30 mars dernier, la directrice Michelle DePass a fait part des inquiétudes de la communauté concernant une corrélation indésirable entre Ida B. Wells – l’activiste noire historique et journaliste lauréate du prix Pulitzer qui a documenté et mené une croisade contre le lynchage – et un arbre qui pourrait évoquer des souvenirs de personnes pendues avec des cordes aux branches des arbres.

Je me demande si l’utilisation d’un arbre comme emblème ne va pas susciter des inquiétudes quant à l’imagerie qu’elle véhicule ?” a indiqué DePass au comité de changement de nom et de symbole. Le directeur de l’école, Filip Hristic, a déclaré à la commission scolaire que la famille de Wells-Barnett avait soutenu les efforts de l’école pour honorer et promouvoir son héritage, mais qu’elle partageait les préoccupations de DePass.

Nous prenons cela au sérieux et je veux absolument respecter cet engagement de protéger, préserver et promouvoir l’héritage d’Ida B. Wells“, a déclaré M. Hristic, tout en précisant que le comité de l’école n’avait pas eu de conversations avec la famille Wells-Barnett au sujet de l’emblème.

L’objectif et l’opportunité étaient vraiment d’épouser ce sentiment que nous avons entendu de la part d’un grand nombre de nos parties prenantes au cours de notre processus de dénomination, à savoir le désir d’un lien local“, a déclaré Hristic. “Ida B. Wells était quelqu’un qui a résisté fermement et fièrement contre ce que Woodrow Wilson et beaucoup d’autres ont promu“.

En février, un sondage sur le symbole avait été envoyé aux élèves et au personnel. Ils ont soumis 420 nominations différentes, a déclaré Ellen Whatmore, enseignante à Ida B. Wells, qui a fait partie du comité chargé de trouver un nouveau nom et un nouvel emblème. L’énorme liste d’emblèmes potentiels a été réduite à cinq, l’arbre à feuilles persistantes étant le grand favori.

Martin Osborne, l’un des membres du comité, a déclaré que le groupe avait discuté du lien symbolique potentiel entre le nouveau nom de l’école et les actes meurtriers qu’il a toujours dénoncé, mais l’arbre s’est tout de même imposé comme la meilleure façon de représenter l’école de Southwest Portland.

Nous en avons parlé, mais nous considérions le symbolisme plus comme un arbre de vie que comme un arbre de mort“, a déclaré Osborne, qui est afro-américain, au conseil scolaire. “Vous pouvez certainement le prendre dans les deux sens, selon votre point de vue“. M. Osborne a déclaré que l’idée du comité concernant les arbres à feuilles persistantes “n’avait rien à voir avec l’horrible histoire du lynchage aux États-Unis“.

Les arbres utilisés lors de lynchages ne sont généralement pas à feuilles persistantes“, a-t-il ajouté, précisant que les arbres à feuilles caduques avec de grandes branches basses étaient généralement utilisés pour pendre les Noirs dans le Sud des États-Unis. La conversation a suffi à faire réfléchir le Conseil. Mme DePass a suggéré que le comité scolaire contacte la famille de M. Wells-Barnett pour s’assurer qu’elle ne voie pas d’inconvénient à l’emblème potentiel.

Le lynchage est un sujet très difficile à aborder et en tant que seul membre noir du conseil scolaire, je vous invite, je vous supplie, je vous implore de vous joindre à moi pour analyser les situations, les pratiques, qui sont racistes. Je ne peux pas le faire toute seule“, a-t-elle déclaré. Le conseil a reporté le vote au sujet de l’emblème à la prochaine réunion.

Pamplin Media