Existe-t-il une mesure du racisme français ?

Il est très difficile de mesurer le racisme d’une population, particulièrement en France. Déjà, parce que les statistiques ethniques sont pratiquement interdites dans l’Hexagone. Selon la loi Informatique et Libertés (1978) de la CNIL, il n’est pas permis de sonder les données d’origine raciale. Ainsi, il faut passer par d’autres moyens afin d’interroger et de vérifier les discriminations faites aux minorités visibles.

Une enquête de 2010 appelée «Trajectoires et Origines» montrait que le taux de chômage chez les immigrants et leurs enfants était plus élevé que chez la majorité blanche. Il leur a été aussi demandé de savoir si des Africains d’origine avaient déclaré avoir vécu du racisme en France. Sauf que cette méthode a des failles. Déjà, la notion de discrimination n’est pas pareille d’un migrant à l’autre. Quant au taux de chômage, il omet de calculer les personnes de couleur de peau différentes mais maintenant naturalisées.

Alors, les campagnes de testage permettent de recréer une situation et de voir les réactions. Ainsi, une étude publiée en 2020 a basé sa méthodologie en envoyant des curriculum vitae avec des noms plus français ou à consonance étrangère dans des entreprises pour le même poste et ayant le même degré de qualification…. les candidatures aux prénoms étrangers ont effectivement reçu moins de réponses.

Cursus.edu