Face à la chute de la compétitivité française : Une solution, la reterritorialisation

Par Jean-Christophe Fromantin*, maire de Neuilly-sur-Seine

Les pertes de part de marché de la France à l’international sont alarmantes. La « reterritorialisation » de l’économie est la clé pour restaurer nos avantages comparatifs. L’enjeu des finances publiques incarne ce paradoxe, entre une situation alarmante et une forme d’insouciance liée au fonctionnement à plein régime de la planche à billets. Les dizaines de milliards pleuvent, et la dette française progresse à près de 120% du PIB, soit 2.650 milliards d’euros. Pour autant, sauf à mettre en perspective nos performances économiques, ces chiffres restent très relatifs.

C’est la limite du rapport Arthuis qui dresse un constat très limpide, propose des modalités de meilleure gouvernance, mais n’ouvre pas pour autant de réelles perspectives de redressement. Or l’enjeu est bien là, car les choix que cela sous-tend seront plus politiques que techniques avec une question centrale :

Sur quelle dynamique de croissance la France peut-elle envisager son avenir ?”

À l’aune de cette question, les chiffres sont particulièrement inquiétants. Dans un document récent – peu commenté – l’Institut Rexecode alerte sur les contre-performances alarmantes du commerce extérieur français. Le déficit de notre balance commerciale s’est creusé de 7 milliards en 2020 pour atteindre 65 milliards d’euros. Mais plus grave, le décrochage de nos exportations est environ 30% supérieur à celui de nos voisins de la zone euro. Cette évolution n’épargne aucun secteur.

Or, ni nos spécialisations ni les effets de conjoncture liés à la pandémie en France ou dans les pays cibles n’expliquent ce décrochage. La France atteint en 2020 les niveaux de parts de marché – dans le monde comme dans la zone euro – les plus bas qu’elle n’ait jamais connus. Un signal magistral de notre perte progressive de compétitivité et des risques que cela entraine. En 2020, la contraction du commerce mondial aura été de 8,6%, celui de la zone euro de 9,9% et celui de la France… de 18,9% !

Le véritable enjeu, ou plutôt l’urgence, vise dorénavant à poser les bases d’un nouveau modèle de développement auquel les Français souscriront, et dont le rythme de croissance dépassera à nouveau celui des dépenses … Y renoncer, compte tenu des contre-performances commerciales et de la non-maîtrise de nos dépenses publiques, aurait un impact exponentiel sur nos équilibres économiques et sociaux.

Deux directions devraient être envisagées. La première vise à redonner à notre économie les mêmes facteurs de compétitivité que ceux dont bénéficient nos voisins de la zone euro. Soit en moyenne des taux de prélèvements équivalents à 40% du PIB (vs 46% pour la France). Cet écart représente un potentiel de 130 milliards d’EUR. Pour y parvenir, il est urgent de neutraliser les redondances entre l’État, ses multiples structures et les collectivités locales. Il faut restaurer l’efficacité autour de deux piliers : la subsidiarité et la contractualisation. L’un et l’autre pour plus de proximité, d’opérabilité et de rapidité.

Ce mouvement demande du temps et de la méthode. De ce point de vue, la préconisation de la Commission pour les finances publiques vers une construction budgétaire pluriannuelle est essentielle. Mais il faut aller plus loin ? En inscrivant les séquences budgétaires sur 10 ans, pour embarquer tous les acteurs dans une temporalité de projet plus en phase avec l’agenda des transformations, mais au-delà de cela, en engageant des transferts de compétences et la mobilisation des financements de long terme indispensables pour opérer de vraies mutations.

La deuxième direction porte sur la réitération de nos avantages comparatifs, car notre économie s’encalmine. Elle pâtit d’un vieillissement de notre offre, des effets de standardisation de l’innovation et de l’accroissement de notre exposition vis-à-vis de pays dont les inputs en recherche et développement et en capitaux sont supérieurs aux nôtres – et dont les contraintes normatives et financières sont moins fortes. L’innovation technologique ne permettra pas de rattraper le retard si elle n’est pas au service de nos avantages comparatifs. Les levées de fonds des start-up françaises ne représentent dans les meilleures années que 1,5% du volume mondial. Deux fois moins que nos parts de marché actuels dans le monde.

Être la hauteur de nos ambitions

L’équation de notre réussite réside par conséquent dans notre capacité à mieux tirer parti de nos singularités et de nos atouts. Le « rafraichissement » de notre économie, mesuré par l’économiste Laurent Davezies pour évaluer le ratio destruction/ création d’emplois est particulièrement faible en France. De l’ordre de 6%. Il participe d’une lente érosion de notre système productif face à des concurrents qui accélèrent. C’est à la même conclusion qu’arrive l’Institut Rexecode quand il convoque la fragilisation de notre appareil productif pour expliquer la baisse de nos parts de marché.

Là encore, notre réaction doit être à la hauteur de nos ambitions. Celle-ci passe inévitablement par une reterritorialisation de notre économie. Pour trois raisons essentielles : c’est dans son ré enracinement qu’émergeront à nouveau les avantages comparatifs sur lesquels la France a fondé son rayonnement ; c’est grâce à l’épargne de proximité, abondante et motivée, que nous mobiliserons les ressources financières durables et patientes dont notre économie a besoin ; c’est à l’échelle des territoires que l’alignement entreprise-formation-innovation est le plus à même d’ouvrir un processus de transformation et de compétitivité.

Cette reterritorialisation appelle une politique économique nouvelle dont l’innovation, les mobilités et les investissements seront les leviers. Elle passe par un acte de réconciliation entre les métropoles et nos territoires afin que, les uns comme les autres, participent plus harmonieusement et plus activement à la fertilisation de notre économie.

Dans toutes les études d’opinion, les Français montrent à la fois une attirance pour les territoires et une inquiétude pour l’économie. Cette double expression porte en germe les conditions d’un renouveau. En permettant aux Français de vivre là où ils le souhaitent, n’a-t-on pas l’occasion de leur permettre de lier leur bonheur au destin du pays ?…

(*) Maire de Neuilly-sur-Seine depuis 2008, Jean-Christophe Fromantin est engagé depuis 15 ans sur la question des territoires. Il est l’auteur de 5 essais dont Travailler là où nous voulons vivre (Éditions François Bourin, 2018) et a initié le collectif villesmoyennes.org qui rassemble plus de 180 personnalités politiques (Hervé Morin, Xavier Bertrand, Carole Delga, Bruno Retailleau…), universitaires et entrepreneurs.

La Tribune