Ferrières-en-Gâtinais (45) : “La France, je lui ai tout donné”, un multirécidiviste tunisien interdit de territoire pour dix ans et incarcéré suite à des violences et des cambriolages

Un Tunisien de 35 ans était jugé, mercredi 2 août, en comparution immédiate au tribunal de Montargis.

Le substitut du procureur de la République, Gaël Bellet, a pointé un parcours ponctué de violences et de condamnations. L’homme de 35 ans était notamment poursuivi pour avoir été violent avec une jeune femme handicapée. Décidément, Hassan Yousfi, jugé en comparution immédiate ce mardi 2 août 2022 au tribunal de Montargis, ne comprend vraiment pas ce qu’on lui reproche.

Sorti de prison en janvier dernier, le prévenu admet devant les magistrats être entré par une lucarne un mois plus tard, dans une maison à ses yeux abandonnée de Ferrières-en-Gâtinais, pour y dormir. Il reconnaît aussi avoir bu les bouteilles d’alcool qu’il y a trouvées. C’est l’ADN relevé sur un mégot de cigarette qui le confondra.

Par contre, il nie les « violences sur une personne vulnérable » à la fin du mois de juillet, sur celle pour qui il dit nourrir des sentiments sincères. Le prévenu réfute tout coup porté à la mâchoire, les poignets serrés, la fêlure au genou déjà fragile de cette trentenaire, dont il n’a pas remarqué non plus qu’elle était handicapée.

Difficile à entendre, pour la présidente, Marie Diederich, qui a rappelé que la jeune femme vit dans un foyer pour personnes handicapées. “Je n’avais pas remarqué qu’elle était handicapée. Je ne comprends pas où est son handicap, pour moi c’est une femme comme toutes les femmes”, martèle le ressortissant tunisien, arrivé en France en 2010 et qui n’a plus de titre de séjour valide depuis 2014. 

“Prendre un vélo, c’est voler”

Et si, toujours en juillet, l’homme de 35 ans reconnaît bien avoir pris un vélo dans un autre maison vide de son occupante, partie en maison de retraite, il n’admet pas avoir volé : c’était pour se déplacer plus aisément. “C’est à peu près simple de comprendre que prendre un vélo, c’est voler”, a tenté de lui faire comprendre avec patience la présidente.

“On arriverait presque à plaindre monsieur de certaines choses. Lors de son audition, il a déclaré : “La France, je lui ai tout donné ; elle ne m’a rien donné en retour. Elle ne lui a surtout pas donné la connaissance du droit, car il ne comprend rien et a accumulé des années et des années de prison, toujours pour des faits de violence !”, a regretté Gaël Bellet, le substitut du procureur, pointant notamment une lourde peine de 4 ans d’emprisonnement prononcée en 2015.

Dix-huit mois d’emprisonnement

Il avait réclamé deux ans d’emprisonnement avec maintien en détention, assortis d’une interdiction de territoire français de dix ans. Le tribunal l’a en partie suivi : Hassan Yousfi, maintenu en détention, devra purger une peine de dix-huit mois d’emprisonnement et sera interdit de territoire français pendant dix ans. Il devra aussi verser 800 euros de dommages-intérêts à la trentenaire ferrièroise.

La République du Centre