Financement par les pays riches des dégâts climatiques déjà subis par les pays pauvres…

Négociations sur le fil à la COP27, prolongée jusqu’à samedi

L’entrée du Centre de convention international de Charm el-Cheikh (Egypte) qui accueille la COP27, photographiée le 7 novembre 2022

La COP27 va jouer les prolongations jusqu’à samedi, pour d’ultimes négociations afin de sortir de l’impasse sur le financement par les pays riches des dégâts climatiques déjà subis par les pays pauvres, et sur la réaffirmation des ambitions climatiques.

“Je suis toujours préoccupé par le nombre de questions non résolues, notamment sur les finances, l’atténuation (réduction des émissions de gaz à effet de serre, ndlr), les pertes et dommages”, dégâts déjà causés par le changement climatiques, a lancé vendredi aux délégués réunis en plénière le président égyptien de la conférence sur le climat, Sameh Choukri.

Le ministre égyptien des Affaires étrangères a donc annoncé la prolongation de la COP, qui devait s’achever vendredi, à samedi. Il a appelé les parties à “passer la vitesse supérieure” et à “travailler ensemble pour résoudre ces questions restantes aussi rapidement que possible”.

Les travaux de la conférence, ouverte le 6 novembre à Charm el-Cheikh (est), butent depuis plusieurs jours sur les mêmes questions, et sous couvert d’anonymat, des délégués ont multiplié les critiques sur la conduite des négociations par la présidence.

Mais sur un des dossiers au moins, celui des “pertes et dommages”, une voie de sortie semblait s’esquisser.

– Fonds de réponse –

L’année 2022 a illustré la multiplication de ces catastrophes liées au changement climatique — inondations, sécheresses affectant les récoltes ou méga-feux.

Les pays riches étaient depuis des années très réticents à l’idée d’un financement spécifique, mais tard jeudi, l’Union européenne a fait une ouverture.

L’UE a accepté le principe d’un “fonds de réponse aux pertes et dommages”, assorti de conditions, notamment qu’il soit réservé aux “plus vulnérables” et ait une “base de contributeurs élargie”. En d’autres termes des pays émergents disposant de moyens conséquents comme la Chine.

Les Européens, appuyés par d’autres groupes, réclament dans le même temps la réaffirmation d’objectifs forts en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre visant à limiter le réchauffement.

AFP