Finistère : en guise de cours “d’éducation aux médias et à l’information”, les collégiens reçoivent un “cours de migrants”

Mardi, l’association Rhizomes, partenaire régulier du collège Louis-Hémon, de Pleyben, permettait aux quatrièmes de l’établissement de rencontrer le grand reporter Mortaza Behboudi et des réfugiés syriens, dans le cadre du projet d’éducation aux médias et à l’information

Les ateliers et interventions du grand reporter Mortaza Behboudi auprès des quatrièmes du collège de Pleyben, mardi, avaient pour fil conducteur la question des parcours migratoires et des liens entre information et démocratie. « En amont, les élèves avaient étudié le parcours de Mortaza, reporter franco-afghan et réalisateur de reportages sur les camps de migrants de Lesbos, où il s’est fait passer pour un migrant pendant sept mois. Ils ont donc posé des questions pour en savoir plus sur son parcours d’exilé et de journaliste », précise la professeur-documentaliste, Stéphanie Poulmarc’h.

Ayant dû fuir dès l’enfance l’Afghanistan, alors dominé par les Talibans, il gagne l’Iran où il doit travailler en usine tout en poursuivant son éducation. Après une licence en sciences politiques à Kaboul, il se forme au journalisme de guerre. Naturalisé Français en août, il collabore régulièrement avec la chaîne Arte […].

Récits d’exilés

Samra et Bilal, jeunes réfugiés syriens résidant à Douarnenez, ont partagé leur histoire au cours d’un autre atelier, le conflit syrien les ayant obligés à fuir le pays en laissant leurs familles derrière eux. Leur récit a ému les élèves.

En clôture de ce temps, un groupe exposait […] les parcours d’autres personnes exilées.

Le Télégramme

5 thoughts on “Finistère : en guise de cours “d’éducation aux médias et à l’information”, les collégiens reçoivent un “cours de migrants”

  • Avatar

    Ils trahissent la memoire de tous les Bretons qui ont leurs noms inscrits sur les monuments aux morts de nos villages.
    Tous ceux qui ont péri dans les tranchées, face à l’ennemi.

  • Avatar

    Ben tiens, autant commencer bien jeunes le bourrage de crâne des jeunes. Ils mettent leur propagande partout, jusque dans les jouets…

  • Avatar

    Et que font les parents?
    Rien, ils laissent leurs gosses se suicider par l’intermédiaire de la gauchisterie.
    Coupables.

  • Avatar

    Pauvres gamins…

Commentaires fermés.