Fleury-Mérogis (91) : « J’ai été frappé avec une fourchette, j’allais mourir », un détenu algérien s’évade pour la seconde fois

Le jeune homme de 25 ans a profité d’une permission de sortie pour s’évader de la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne). Il était jugé mercredi 31 août 2022, à Évry.

Il s’était évaporé dans la nature pendant sept semaines, du 11 juillet au 28 août 2022. Encore. Imed M, détenu à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), a pourtant déjà un casier bien rempli : recel, vols multiples, affaires de stupéfiants, menaces de mort, escroquerie… Lundi 11 juillet 2022, il y a ajouté une ligne en s’échappant de prison pour la seconde fois.

Jusqu’à ma permission, je ne sortais plus [de ma cellule, NDLR]” – Imed M

L’individu de 25 ans, de nationalité algérienne, a un lourd passif. Et les casseroles qui vont avec. En clair, il aurait été clairement précisé dans un papier remis par le procureur de Clichy, qu’Imed ne devait pas être incarcéré dans certains bâtiments de la prison, pour ainsi éviter de recroiser certaines vieilles connaissances… Une demande qui n’aurait pas été respectée, selon les dires du prévenu aux cheveux blonds peroxydés. 

J’ai été frappé avec une fourchette [il soulève son t-shirt et dévoile le haut de sa hanche droite, NDLR] (…) J’allais mourir”. Imed lors de son procès, mercredi 31 août 2022

Alors, lorsqu’une fenêtre de tir s’ouvre, il s’y engouffre. Le 11 juillet, de 8 à 15 heures, Imed a une permission de sortie pour récupérer son titre de séjour à la préfecture de Melun (Seine-et-Marne). L’occasion idéale. 

Une fois le nez dehors, il ne remettra plus les pieds à Fleury-Mérogis. Du moins jusqu’au 28 août 2022, lorsque les forces de l’ordre l’interpellent à Paris, à proximité de la Gare de Lyon. 

En état de récidive légale, il a été jugé coupable et condamné à quatre mois d’emprisonnement avec mandat de dépôt, mercredi 31 août 2022, par le tribunal judiciaire d’Évry-Courcouronnes.

Actu