“Fragilité blanche” : Un livre pour expliquer le racisme aux Blancs

« “Fragilité blanche” se réfère à la fois à l’ignorance de ce qu’est le racisme et au fait que les personnes blanches profitent d’un système qui fait en sorte qu’elles ont des privilèges », résume l’entrepreneur social Fabrice Vil à propos de l’essai Fragilité blanche : ce racisme que les Blancs ne voient pas.

En tête des ventes depuis deux ans aux États-Unis, le livre sera enfin offert en français en septembre. En compagnie de Noémi Mercier, Nathalie Collard et Fabrice Vil, Pénélope McQuade se demande pourquoi il est si difficile de parler de racisme quand on est une personne blanche.

C’est important de reconnaître la souffrance qui résulte de la fragilité blanche, tout en étant très ferme et exigeant par rapport à la lutte contre le racisme. […] Ce n’est pas non plus la responsabilité des personnes noires ou racisées de faire le travail pour les personnes blanches. Fabrice Vil

Le plus grand problème dans la discussion sur le racisme, ce sont des gens comme moi – les Blancs progressistes qui croient avoir tout compris. Nos certitudes et nos a priori bloquent la discussion. Nathalie Collard

La clé de l’avancement de la cause antiraciste, c’est qu’on apprenne tous à reconnaître que le racisme, ce n’est pas un trait de caractère fixe qu’on a ou qu’on n’a pas. Noémi Mercier

Le livre Fragilité blanche : ce racisme que les Blancs ne voient pas (Nouvelle fenêtre), de Robin DiAngelo, aux éditions Les Arènes, sera offert au Québec à compter du 2 septembre.

Radio Canada