François Bayrou : “Il n’y a pas d’autre issue que la vaccination obligatoire pour tout le monde”

Le haut-commissaire au Plan a estimé sur BFMTV, dimanche, que “cibler seulement les soignants donne un sentiment d’injustice“.

Il persiste et signe. A la veille d’une allocution d’Emmanuel Macron sur la situation sanitaire, François Bayrou a de nouveau estimé sur BFMTV, dimanche 11 juillet, “il n’y [avait] pas d’autre issue dans cette situation épidémique que la vaccination obligatoire pour tout le monde”. Le patron du MoDem et haut-commissaire au Plan avait déjà plaidé en ce sens, pour lutter efficacement contre le Covid-19.

La vaccination, c’est un traitement naturel de renforcement de l’immunité de chacun » – François Bayrou

Selon l’ancien ministre de la Justice, un soignant qui refuse de se faire vacciner, “c’est de la non-assistance à personne en danger”. Mais “cibler seulement les soignants [pour la vaccination obligatoire] donne un sentiment d’injustice”. “Les enseignants, les personnes au contact du public plus généralement (…) devraient être vaccinés également”, a ajouté François Bayrou.

Le leader centriste craint une nouvelle mutation du coronavirus. “Notre pays et l’humanité sont menacés par un virus qui a bloqué la vie d’une grande partie de la planète et a porté atteinte aux libertés. Ce virus mute et ma hantise est que ce virus finisse par toucher les enfants. Ce jour-là, la société explosera”, prédit-il.

La CFDT appelle “à tout faire pour accélérer la vaccination de l’ensemble des travailleurs”

“À la CFDT, on appelle à tout faire pour accélérer la vaccination de l’ensemble des travailleurs, fonctionnaires ou non fonctionnaires”, déclare sur France Info Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT Fonctions publiques ce dimanche.

Elle réagissait à l’annonce de la création de centres de vaccination pour les fonctionnaires. La syndicaliste salue la “bonne nouvelle”, et espère aller plus loin.

“On a toujours demandé à la ministre que tout soit fait pour faciliter cet accès à la vaccination”, explique-t-elle, ajoutant que “certains secteurs d’activité doivent être priorisés en fonction notamment de l’exposition au risque et au public”.