Goussainville: Ils dénoncent un ancien fiché S (Maj) … et sont condamnés !

Au mois d’octobre 2020, des jeunes identitaires étaient allés effectuer un collage d’autocollants à Goussainville. Dans cette ville, le maire Abdelaziz Hamida est accusé d’être un islamiste, anciennement fiché S. Ces militants avaient diffusé un message : « Aujourd’hui Hamida, demain le Califat », cherchant à alerter la population locale.

Après cette action politique classique, la répression s’est abattue sur eux. Convocation au poste de police, volonté affichée de perquisition, garde à vue et procès pour incitation à la haine. Les 5 prévenus ont comparu devant le Tribunal ce 22 avril. Ils ont été condamnés à des amendes allant de 500 euros à 750 euros !

L’association des Lanceurs d’Alertes (l’ASLA) apporte son soutien à ces jeunes militants. Leur condamnation est scandaleuse et doit inquiéter tous les défenseurs de la liberté d’expression. Informer les Français sur l’islamisme n’est pas un crime !

Source: Thaïs d’Escufon pour l’ASLA

__________________________________________

13 novembre 2020

Au mois d’octobre dernier, Génération Identitaire a lancé une campagne pour alerter les habitants de Goussainville sur les accointances islamistes de leur nouveau maire fiché S, Abdelaziz Hamida.

Des dizaines d’affiches « Aujourd’hui Hamida, demain le Califat » ont ainsi été placardées dans toute la ville.

Furieux que son pédigrée radical soit exposé, Hamida s’est cru autorisé à déposer plainte pour « provocation publique à la haine »… le monde à l’envers.

Soumis, le parquet a immédiatement ouvert une enquête totalement disproportionnée confiée à la sûreté urbaine de Gonesse : localisation de téléphones, exploitation de la vidéosurveillance pour identifier des plaques d’immatriculation, etc.

C’est même allé plus loin.

Le 12 novembre, 5 « auditions libres » se sont transformées en gardes à vue.

Des perquisitions étaient aussi semble-t-il prévues mais elles n’ont pu avoir lieu… par manque d’effectifs.

Cet acharnement judiciaire, sous la pression d’un fiché S pour islamisme, est absolument scandaleux.

Alors même que la France est encore endeuillée par les dernières décapitations, que nous commémorons aujourd’hui les 5 ans du 13 novembre et que nous ne cessons de compter nos morts du djihad, la justice s’allie avec un ennemi de la France pour nous intimider. La répression doit viser les islamistes, pas Génération Identitaire.