Grâce au compteur Linky, Endis va couper à distance les cumulus pour limiter les pics de consommation

Sobriété, mode d’emploi. À partir du 15 octobre, Enedis va être autorisé à couper l’alimentation des ballons d’eau chaude durant deux heures au moment du déjeuner de midi. C’est une première. Cette décision a été prise par le ministère de la transition énergétique, dans un arrêté du 22 septembre, et publiée au Journal officiel le 26 septembre. L’information a été révélée par l’association de consommateurs UFC-Que choisir.

Les usagers ne se rendront pas compte

La mesure concerne uniquement les abonnés disposant d’un compteur Linky, soit la très grande majorité maintenant, et ayant souscrit un contrat avec des heures pleines et heures creuses programmées dans la journée. Au total, 4,3 millions de foyers sont concernés. L’arrêté ministériel permet au gestionnaire du réseau de distribution de désactiver temporairement le signal d’enclenchement des appareils pilotables.

La mesure, qui prendra fin le 15 avril, n’aura aucun effet sur le confort des usagers, assure-t-on chez Enedis. Pour ceux dont le cumulus se recharge la nuit, rien ne change. Pour les autres, la plage horaire de programmation du ballon d’eau chaude va juste être décalée pour ne pas intervenir entre 11 heures et 15 h 30, selon le texte. Dans la pratique, entre 12 et 14 heures, au moment du pic de consommation.

Jusqu’à 2,5 GW d’économisés

Les économies promises sont en effet significatives, selon Enedis. À 12 h 30, elle représente l’équivalent de 2,5 GW qui ne seront pas appelés pour assurer l’équilibre du réseau. À 13 heures, le gain serait encore de 1 GW, l’équivalent d’une tranche nucléaire.

Le poids de l’électricité dans le chauffage des logements et la production d’eau chaude sanitaire est beaucoup plus important en France que dans les autres pays. C’est ce que les spécialistes appellent la « thermo-sensibilité ». En clair, à chaque fois que la température extérieure baisse d’un degré, la demande électrique atteint 2 400 MW, rappelle RTE.

S’il fait très froid cet hiver, la situation pourrait donc se révéler très tendue, surtout aux pointes de consommation, alors qu’une partie du parc nucléaire est à l’arrêt. D’où l’appel à la multiplication des écogestes, qui ont d’ailleurs vocation à s’additionner.

La baisse d’un degré de la température dans les logements et les bureaux permettrait de gagner 2,2 GW entre 8 heures et 13 heures, estime RTE. Éteindre les lumières non utilisées à la maison économiserait 0,6 GW le soir, soit autant que la réduction de l’éclairage public et des panneaux publicitaires.

La Croix