Grèce : le mur à la frontière avec la Turquie devrait s’étendre

Un mur d’acier de 27 kilomètres pourrait bientôt s’étendre sur toute frontière entre la Grèce et la Turquie. Selon le ministre grec de la Protection du citoyen qui a reçu ce samedi des émissaires de l’UE, de la Suisse et du Royaume-Uni, il a contribué à empêcher l’entrée illégale de près de 260 000 migrants en 2022.

“Cette visite envoie un message très fort de solidarité en Europe, d’unité et de détermination à protéger la frontière de la Grèce avec la Turquie, qui est aussi la frontière de l’Union européenne avec la Turquie, a déclaré Tákis Theodorikákos. Et je crois que la Turquie doit recevoir ce message fort, celui d’appliquer le droit international.”

La Grèce est en train d’agrandir le mur, en ajoutant un tronçon de 35 kilomètres, l’objectif final étant de l’étendre à la majeure partie de la frontière de 192 kilomètres.

Athènes a accusé à plusieurs reprises Ankara d’instrumentaliser le sort des migrants, en les encourageant à franchir la frontière pour déstabiliser la Grèce et le reste de l’UE et en coopérant avec les trafiquants.

La Turquie reproche pour sa part aux autorités grecques, de refouler violement les migrants.

Les dirigeants européens craignent que le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, n’encourage un exode massif vers l’Union européenne, où la plupart des migrants et des réfugiés souhaitent aboutir, de préférence dans l’un des pays les plus prospères du bloc.

L’agence européenne de protection des frontières, Frontex, va ajouter 400 gardes-frontières supplémentaires en Grèce, dont 250 en février, aux 1 800 existants.

Euronews