Grenoble (38) : 35 Albanais SDF squattent une bibliothèque pour se mettre à l’abri du froid

Les familles albanaises installées depuis plusieurs mois sous des tentes de fortunes dans le parc de l’Alliance à Grenoble ont occupé la bibliothèque toute proche dans la nuit de mardi à mercredi pour échapper aux températures glaciales.

ls ont quitté leurs tentes pour se mettre à l’abri dans la bibliothèque toute proche de leur campement

Certaines sont là depuis 4 mois, d’autres moins. Toutes sont installées dans des tentes et des abris de fortune battus par la pluie, le vent et le froid dans le parc de l’Alliance rue de Stalingrad à Grenoble. Ces familles d’albanais se sont réveillées mardi matin dans un froid glacial -il faisait moins 4 degrés- et n’ont pas voulu affronter une deuxième nuit dans ces conditions. 

Le campement du parc de l'Alliance à Grenoble

Le campement du parc de l’Alliance à Grenoble

Ils sont 35 à vivre dans des tentes de fortune dans le parc de l’Alliance à Grenoble

Hommes, femmes et enfants ont occupé la bibliothèque de l’Alliance toute proche pour se mettre à l’abri quelques heures et attirer l’attention sur leur situation. Ces familles soutenues par des associations demandent depuis des mois des hébergements “pérennes et dignes” à la Préfecture et à la Ville de Grenoble. Sans résultats pour l’instant. 

Dans nos tentes, il y a de l’eau qui coule et il fait très froid, nos enfants sont très malades”

"Les enfants vont à l'école avec les pieds mouillés et des vêtements mouillés, sans pouvoir se laver"

“Les enfants vont à l’école avec les pieds mouillés et des vêtements mouillés, sans pouvoir se laver”

Une maman albanaise témoigne au micro de France Bleu Isère : “Certains sont là, dans les tentes depuis 4 mois, avec des enfants de 2 ans, avec des bébés. On est très stressés. On a besoin d’un logement chauffé pour être au calme,  pour laver nos enfants. Nos enfants sont très malades, ils ont des infections aux oreilles, aux yeux, ils sont asthmatiques. Parce que dans nos tentes, il y a de l’eau qui coule et il fait très froid. Ce matin, quand on s’est réveillés, c’était gelé.  On demande à l’Etat français de nous aider. Faites quelque chose pour nous, s’il vous plait”.

A l'abri au milieu des livres

A l’abri au milieu des livres

Cet homme a quitté l’Albanie il y a 7 ans maintenant. Ce soir-là, il se fait à la fois traducteur et porte-parole des familles réfugiées dans la bibliothèque. “Ils ont quitté leur pays en bus il y a un, deux ou quatre mois. Ils ont quitté l’Albanie parce que là-bas, il n’y a pas de sécurité. Là-bas, il y a beaucoup de racisme. Là-bas il y a beaucoup de mafia Là-bas, il y a la mafia qui vole les enfants. Là-bas c’est la catastrophe”. 

Ils ont quitté l’Albanie parce que là-bas, il y a beaucoup de racisme et beaucoup de mafia

L’interprète fait siennes les demandes des familles : “On est rentré dans cette bibliothèque parce qu’on a pas d’autre choix. Et on demande au maire de Grenoble qu’il nous donne des logements. Il y a beaucoup d’appartements à Grenoble qui sont vides. S’il nous les propose, nous, on va accepter”. 

Un moment de répit pour les enfants qui peuvent jouer à l'abri dans la bibliothèque

Un moment de répit pour les enfants qui peuvent jouer à l’abri dans la bibliothèque

Je les voyais tous les jours, je voyais les enfants jouer sous la pluie”

Les familles albanaises étaient soutenues dans leur action par plusieurs dizaines de militants qui les suivent depuis des semaines, et leur apportent couvertures, nourriture et réconfort. Cette jeune femme qui ne veut pas dire son nom s’est intéressée à eux parce qu’elle passe tous les jours devant leur campement. “Il y a une quinzaine d’enfants, notamment des enfants en très bas âge, des bébés. Cela fait quatre mois que ces familles réclament un hébergement”, se désole-t-elle.  “Mais là, il a fait moins 3 la nuit dernière et la météo de fin de semaine s’annonce terrible, donc c’était trop pour elles.

Pouvoir dormir au chaud et laver les enfants

“Il faut que les pouvoirs publics leur proposent des hébergements, poursuit la militante, c’est ce que les familles demandent, de pouvoir dormir au chaud, de pouvoir laver leurs enfants pour qu’ils puissent aller enfin à l’école dans de bonnes conditions. Parce qu’actuellement tous les enfants sont scolarisés, mais ils vont à l’école les pieds mouillés, les vêtements mouillés sans pouvoir se laver. Donc on restera là jusqu’à ce qu’il y ait une solution”.

Temps calme à la bibliothèque

Temps calme à la bibliothèque

Déclencher le Plan Grand Froid pour ouvrir des gymnases ? 

La  Ville de Grenoble a laissé les familles passé la nuit dans la bibliothèque.  Maud Tavel, l’adjointe au maire de Grenoble,  est venue sur place dans la soirée pour les rencontrer.  Mais ce sont les services de la mairie qui devront, dans les prochaines heures, évaluer précisément leurs droits et leur proposer d’autres solutions d’hébergement. La Ville devrait demander au Préfet de déclencher le plan “Grand Froid” pour pouvoir ouvrir des lits d’accueil d’urgence dans les gymnases.

France Bleu

One thought on “Grenoble (38) : 35 Albanais SDF squattent une bibliothèque pour se mettre à l’abri du froid

Commentaires fermés.