Hausse record du nombres de naissances à Mayotte qui conserve son titre de première maternité de France

Cette hausse record du nombre d’accouchements dans le Centre Hospitalier de Mayotte n’a pas été observée depuis 2015

Un record enregistré depuis trois jours

Mayotte continue de conserver son titre de “première maternité de France”. Depuis le mois de février, le Centre Hospitalier de Mayotte (CHM) a enregistré un record en termes de naissances. En effet, l’établissement recense 30 accouchements pas jour. Depuis trois jours, ce chiffre a bondi pour atteindre 40 bébés qui ont vu le jour, rapporte le site Linfokwezi.fr.

Ouverture d’une nouvelle unité

D’après la même source, une telle augmentation du nombre de naissances n’a pas été constatée depuis 2015. Avec l’afflux de femmes venues accoucher, le personnel de l’hôpital rencontre une grande difficulté pour héberger les nouvelles mamans. A titre de solution, la direction de l’établissement sera contrainte d’ouvrir une nouvelle unité, limitée dans le temps. Elle sera destinée à accueillir ces patientes dans des conditions décentes.

Linfo Re


Il y a 180 ans, le sultan de Mayotte cédait son île à l’armée française contre une rente de 1000 piastres

Le 25 avril 1841, 170 ans avant sa départementalisation, l’île de Mayotte était cédée par son sultan à l’armée française

Si Mayotte fêtait il y a un mois les dix ans de sa départementalisation, son histoire commune avec la France date de bien plus longtemps[…]. Après de longues batailles entre Malgaches, Comoriens et Arabes pour s’approprier l’île de Mayotte, c’est le sultan Andriatsoly qui parvenait à être le dirigeant reconnu de l’île. Mais il fait face à de multiples attaques des autres gouverneurs d’Anjouan ou de Mohéli, qui revendiquent eux aussi Mayotte.

Au même moment, l’armée française parvient à prendre Nosy Bé, au nord-ouest de Madagascar, alors que la monarchie malgache de l’époque est soutenue par la Grande-Bretagne. Ce sont d’ailleurs les Britanniques qu’Andriatsoly craint, puisque ces derniers apportent aussi leur soutien aux souverains comoriens de Mohéli et Anjouan. Ainsi, le sultan choisit de se tourner vers les Français, nouveaux arrivants et grands rivaux des Britanniques.

Le dernier Sultan de Mayotte et le Commandant Passot

Le 25 avril 1841, il choisit de céder sa souveraineté sur l’île de Mayotte à l’armée française. En échange, le capitaine Pierre Passot, envoyé dans l’Océan Indien, lui accorde une rente viagère personnelle de 1000 piastres, ce qui représentait environ 5000 francs, mais lui promet aussi quelques avantages, comme celui d’élever des enfants du sultan sur l’île voisine de La Réunion. Le traité entre les deux camps est ratifié par l’Etat français en 1843.

Cette histoire marque le début d’un lien fort unissant la France et Mayotte, malgré les velléités comoriennes sur l’île, qui aboutira en 2009 par un référendum unanime de la part des Mahorais pour être rattachés à la France, puis, en 2011, à faire de Mayotte le 101ème département français. Désormais, l’avenir de l’île au lagon reste à être écrit, alors que le tombeau d’Andriatsoly trône toujours sur la pointe Mahabou, à Mamoudzou.

Linfokwezi