Havre de pays, l’Islande fait face à une hausse inédite des violences

Longtemps considérée comme le “pays le plus paisible du monde”, la tranquillité de l’Islande a été ébranlée par une série de fusillades et d’agressions à l’arme blanche impliquant des bandes criminelles.

Ce pays de seulement 375 000 habitants est plus habitué à lire des meurtres dans ses célèbres romans noirs islandais que dans ses journaux du matin.

“Pour les Islandais, une arme à feu symbolise le sport” ou la chasse, explique le sociologue Helgi Gunnlaugsson.

“Il est très étranger à l’esprit des Islandais que l’on utilise une arme pour se protéger ou pour pointer les gens”, dit-il à l’AFP.

L’Islande est en tête du classement de l’Indice mondial de la paix depuis 2008 grâce à sa faible criminalité, ses systèmes d’éducation et de protection sociale solides, ses salaires équitables et l’absence de tensions entre les classes sociales.

Seules quatre personnes ont été tuées par balle en plus de deux décennies.

Mais quatre fusillades ont eu lieu en un peu plus d’un an, dont une mortelle.

En février 2021, un homme a été abattu sous une grêle de balles devant son domicile dans un quartier de la capitale Reykjavik, un meurtre qui a choqué la nation.

Le meurtre était lié au crime organisé, selon la police.

“Les groupes criminels islandais sont de plus en plus organisés”, a déclaré la criminologue Margret Valdimarsdottir.

“Ils ont plus de liens avec des groupes internationaux que ce que nous avons vu auparavant, ce qui peut constituer un défi pour nos forces de police”.

En février, deux fusillades distinctes liées à la drogue ont eu lieu à Reykjavik à deux jours d’intervalle, l’une dans le centre-ville.

La violence des gangs est similaire à celle déjà observée dans d’autres régions d’Europe.

“Il faut cinq à dix ans pour que ce qui est tendance en Europe apparaisse en Islande”, a déclaré Runolfur Thorhallsson, surintendant de l’unité de police d’élite islandaise, connue sous le nom d’escouade Viking.

“Bien sûr, c’est une préoccupation pour nous”.

– Des policiers non armés –

L’Islande est l’un des rares pays au monde où les policiers ne sont pas armés dans leurs tâches quotidiennes.

Toutefois, les voitures de patrouille sont équipées d’armes de poing dans des coffres spéciaux depuis fin 2015, après les attentats sanglants perpétrés par l’extrémiste de droite Anders Behring Breivik en Norvège en 2011.

Seul un petit nombre de policiers — l’escouade Viking — est armé en permanence d’armes semi-automatiques ainsi que de gilets pare-balles et de boucliers balistiques.

L’escouade aide la police lorsque des armes sont signalées, le nombre de ces incidents ayant été multiplié par près de six depuis 2014.

“Nous voyons des indicateurs que peut-être les gens hésitent moins dans ce monde criminel à utiliser des armes. Nous constatons davantage une augmentation des couteaux que des armes à feu”, a déclaré M. Thorhallsson.

S’il n’a pas d’explication à la hausse de la violence, le ministre de l’Intérieur envisage d’équiper les policiers de tasers.

Le chef du syndicat de la police, Fjolnir Saemundsson, a salué l’idée, mais a appelé à davantage de recrutements et de formations.

Avec 682 policiers en 2021, l’Islande possède l’une des plus petites forces de police d’Europe par rapport à sa population, juste derrière la Finlande et près de la moitié de la moyenne européenne, selon l’agence de statistiques européenne Eurostat.

– Un pays sûr

Studlar, un centre de traitement pour mineurs de 12 à 18 ans géré par le gouvernement, aide les jeunes en difficulté à résoudre des problèmes allant de la drogue à la criminalité, en passant par des problèmes de comportement.

Le directeur, Funi Sigurdsson, a déclaré avoir constaté une légère augmentation des incidents violents, le centre ayant confisqué un nombre croissant de couteaux.

Il a déclaré que pour certains jeunes, il était souvent clair “à l’âge de six ans qu’ils finiraient ici”.

“Si nous étions bien intervenus à ce moment-là, nous aurions peut-être pu les empêcher de se retrouver dans cette situation.”

Plusieurs des personnes impliquées dans les règlements de compte entre les gangs sont passées par le centre alors qu’elles étaient mineures.

Si la hausse des crimes violents a suscité des inquiétudes, la situation n’est pas alarmante, insistent les experts.

“Il est important de noter que l’Islande reste un pays où le taux de criminalité est extrêmement bas”, a déclaré Mme Valdimarsdottir.

Euronews