Hervé Lalin (dit Ryssen) à nouveau condamné pour des tweets

Le militant d’extrême droite Hervé Lalin, dit Ryssen, a été condamné vendredi à un total de 3.200 euros d’amende pour contestation de crime contre l’humanité, diffamation et provocation à la haine dans des tweets sur la Shoah ou les juifs.

Multirécidiviste, Hervé Lalin était poursuivi pour avoir, en octobre 2017, publié sur son compte Twitter un montage juxtaposant l’affiche du film « La vérité si je mens 3 », qui présente des personnages souriants ou hilares, et une photo du tristement célèbre portail d’entrée du camp d’extermination nazi d’Auschwitz, orné de l’inscription « Arbeit macht frei » (« le travail rend libre »).

Il avait aussi, toujours en octobre 2017, tweeté des messages accusant les juifs d’être responsables de la mort de « millions de chrétiens » pendant la révolution russe, et d’être à l’origine du « trafic d’ecstasy ».

Plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts

Ryssen avait déjà été condamné en son absence dans ces deux dossiers et il était à nouveau jugé après avoir fait opposition à ces condamnations. Il a comparu dans le box, après avoir été incarcéré en septembre en application d’autres peines pour des faits similaires.

Si le tribunal a estimé, concernant le premier tweet, qu’il n’y avait pas de diffamation, Hervé Lalin a en revanche été reconnu coupable de « contestation de crime contre l’humanité » et condamné à 2 000 euros d’amende, ainsi qu’à un total cumulé de 5 000 euros de dommages et intérêts et frais de justice à verser aux parties civiles, les associations anti-racisme Licra, le MRAP, l’UEJF et J’Accuse.

Dans la seconde décision, le tribunal l’a condamné pour « diffamation » et « provocation à la haine ou à la violence » à 60 jours-amendes de 20 euros, soit un total de 1 200 euros, qui, s’ils ne sont pas payés, se transforment en emprisonnement. Il a aussi écopé de 5 euros de dommage et intérêts auprès des parties civiles et 5 000 euros cumulés de frais de justice.

Une vingtaine de fois déjà condamné

Hervé Lalin, qui dispose de 10 jours pour faire appel, a désormais été condamné près d’une vingtaine de fois, principalement pour des propos négationnistes ou antisémites. Il a encore été condamné en janvier pour négationnisme, injures et diffamation à caractère antisémite et provocation à la haine contre les juifs.

Fin janvier, Hervé Lalin a été extrait de sa cellule et placé en garde à vue. Il est suspecté d’avoir agressé physiquement des journalistes de l’émission « Quotidien » lors de la manifestation contre la PMA pour toutes organisée le 6 octobre 2019 à Paris.

Le Figaro