“Imaginez ce qu’il se passe si, tout à coup, l’énergie s’arrête” : En 1976, Barjavel prédisait une civilisation soudainement privée d’électricité

Que se passerait-il si l’électricité venait soudainement à disparaître ? Aujourd’hui, risques de pénurie oblige, nous sommes nombreux à nous poser cette question. Mais d’autres n’ont pas attendu pour imaginer et même prévoir cette éventualité. C’est notamment le cas de l’écrivain Barjavel qui, en 1976, exprimait ses craintes devant une caméra de télévision.

La disparition de l’électricité, Barjavel l’avait déjà imaginée en 1943 dans son roman intitulé Ravages. Pour lui, cette perspective ne relève pas de la science-fiction, mais presque de la fatalité. Regardez ce moment de télé, c’était il y a 46 ans :

Extraits :

“Il (NDLR : le monde de demain) me séduit et il me fait peur, surtout à cause de sa fragilité. Contrairement à ce qu’on pense, il n’est pas solide du tout. Il est extrêmement vulnérable. D’autant plus vulnérable qu’il est plus compliqué, plus parfait, plus technique.”

“Nous vivons dans un monde qui dépend entièrement, totalement, de la circulation d’énergie. Imaginez ce qui se passe si, tout à coup, l’énergie s’arrête. C’est l’écroulement, c’est le commencement de la décomposition. C’est comme un corps où le sang ne circule plus.”

“Je crois que nous en reviendrons toujours à l’arbre. Je pense que notre civilisation approche d’une crise qui sera peut-être une fin de civilisation. Mais ce ne sera pas la première ! Il y en a eu bien d’autres et, toujours, je crois, les hommes en sont revenus à la source, et la source, c’est l’arbre, c’est ce qui pousse de la Terre, c’est ce que la Terre produit chaque année.”

Une vision à la fois fataliste, réaliste et optimiste. Celle d’un écrivain visionnaire.