Impôts : L’intelligence artificielle au service du fisc

Les services de Bercy ont recours à l’intelligence artificielle. Ils ont dorénavant le droit de croiser les données personnelles vous concernant et qui trahissent un train de vie caché. Mais à quel point vos faits et gestes sont-ils traqués sur Internet ?

À Bercy, on se veut rassurant sur l’utilisation de l’intelligence artificielle. Si vous aimez vous afficher à côté de voitures de luxe, vous n’allez pas subir un contrôle fiscal dans la foulée. Ce qui fonctionne surtout, c’est le croisement de données. Cela fait quatre ans que des millions de documents sont triés automatiquement afin de repérer les fraudeurs. L’année 2020, cette technique a déclenché 30% des contrôles fiscaux. Et à la clé, 800 millions d’euros ont été récupérés. Selon Stéphane Créange, sous-directeur du service de la sécurité juridique et du contrôle fiscal, la barre des 40% devrait être dépassée cette année 2021 et celle des 50% en 2022.

Pour entraîner ses algorithmes, Bercy assure ne récupérer que les données publiques, accessibles à tous. Mais pour certains, c’est déjà trop. C’est le cas de Me Virginie Pradel, avocate fiscaliste et présidente de l’institut fiscal Vauban. Alors que plus de 90 ou 95% des contribuables français remplissent parfaitement leurs obligations déclaratives, elle se demande pourquoi il faut mettre 100% des contribuables sous surveillance généralisée. D’ailleurs, la panoplie du fisc ne cesse de s’étoffer. Récemment, grâce à des prises de vue aériennes, l’État a pu débusquer 3.000 piscines non déclarées dans un seul département.

LCI